Les Canadiens peinent à adopter les fintech

Publié le 26/07/2017 à 13:36

Les Canadiens peinent à adopter les fintech

Publié le 26/07/2017 à 13:36

Par Pierre Théroux

Malgré un engouement accru envers les technologies financières (fintech), les Canadiens en sont beaucoup moins adeptes que le reste des consommateurs à l’échelle mondiale.

Le taux d'adoption des fintech au Canada a en effet plus que doublé depuis 2015, passant de 8% à 18%, indique le récent Indice d'adoption des fintech 2017 de la firme Ernst & Young (EY).

Le Canada a toutefois l'un des taux les plus bas dans le monde, venant loin derrière la Chine (69%), l'Inde (52%), le Royaume-Uni (42 %) ou encore le Brésil (40%), et devance seulement le Japon (14%) ainsi que la Belgique/Luxembourg (13%).

Les États-Unis affichent un taux d'adoption égal à la moyenne internationale (33%), tandis que les consommateurs de Hong Kong (32%) ou de la France (27%) se situent légèrement en deçà.

(Re)lire Une révolution industrielle pour quelques pièces virtuelles

Les fintech ont néanmoins franchi l'étape des «adopteurs précoces» au Canada, estime l'enquête d'EY qui note également au passage que la sensibilisation aux technologies financières est en hausse. À preuve: 78% des clients canadiens connaissent des services de fintech, comparativement à 51% en 2015.

«Les Canadiens en connaissent plus long sur les options de fintech qui leur sont offertes et cette tendance va se poursuivre», affirme Sébastien René, associé et leader des services consultatifs en technologie de l'information d'EY pour le Québec.

La méconnaissance des technologies financières demeure néanmoins la principale raison pour laquelle les Canadiens ne les ont pas encore utilisées. Autre facteur d'importance: les répondants au sondage préfèrent encore s'en remettre à un fournisseur de services traditionnels pour répondre à leurs besoins.

(Re)lire Les grandes banques misent davantage sur la fintech


À la une

Comment lutter contre la xénophobie (en politique et au travail)?

Il y a 31 minutes | Olivier Schmouker

CHRONIQUE. C'est qu'il est intolérable de laisser souligner une différence dans le but de créer une souffrance.

Faites comme les frères McDonald: sortez vos craies!

Il y a 31 minutes | Anne Marcotte

BLOGUE INVITÉ. Comment peut-on se distinguer et devenir le chef de file de la meilleure expérience client «COVID-19»?

Repousser les limites

BLOGUE INVITÉ. La pandémie a été un laboratoire d’expérimentation exceptionnel pour plusieurs entreprises.