HP: un dernier souffle de vie pour le TouchPad

Publié le 31/08/2011 à 08:15

HP: un dernier souffle de vie pour le TouchPad

Publié le 31/08/2011 à 08:15

Par AFP

Le TouchPad de Hewlett-Packard (HP). Photo : Bloomberg.

Hewlett-Packard (HP) va relancer temporairement la production de sa tablette TouchPad, dont les ventes flambent depuis que le géant informatique américain a annoncé mi-août qu'il allait cesser de la fabriquer.

HP a annoncé le 18 août un brusque changement de sa stratégie, passant par l'arrêt de la production de sa nouvelle tablette et de ses téléphones multifonctions utilisant le système d'exploitation webOS de Palm. HP envisage aussi de se séparer de ses activités de production d'ordinateurs pour se recentrer sur les logiciels.

Le lendemain, le groupe a drastiquement baissé ses prix, proposant ses tablettes de 16 gigaoctets de mémoire à 100 dollars aux États-Unis, contre 400 dollars auparavant.

"Depuis que nous avons annoncé cette baisse de prix, le nombre de demandes sur ce produit et la vitesse à laquelle il disparaît des inventaires est foudroyant", a indiqué HP mardi sur son site internet.

"Nous avons décidé de lancer une dernière phase de production du Touchpad afin de répondre à la demande non-satisfaite", a ajouté le groupe californien, sans préciser combien d'unités seraient produites ni quand elles seraient mises sur le marché.

"Nous savons que cela prendra au moins plusieurs semaines", a indiqué le groupe.

L'appareil avait reçu un accueil mitigé au moment du lancement de cette tablette qui se voulait la rivale de l'iPad d'Apple.

À la une

Démission: la culture d’entreprise pèse lourd dans la balance

RHÉVEIL-MATIN. C'est même 10,4 nuisible pour votre taux de roulement que les salaires.

Les nouvelles du marché

Mis à jour il y a 9 minutes | Refinitiv

Peloton et Netflix largués, Intel investit, Schlumberger en croissance, pétrolières et climat, inquiétudes au Myanmar

Perspectives 2022: des rendements boursiers nettement plus bas

Édition du 19 Janvier 2022 | Jean Gagnon

BOUSSOLE BOURSIÈRE. L’abondance des liquidités fournies par les banques centrales a fait augmenter la demande boursière.