Deux ex-juges se joignent à l'application COVI

Publié le 26/05/2020 à 11:33

Deux ex-juges se joignent à l'application COVI

Publié le 26/05/2020 à 11:33

Par La Presse Canadienne
Louise Arbour (Photo: Getty images)

Louise Arbour (Photo: Getty images)

Deux personnalités juridiques du Québec, les ex−juges Louise Arbour et Louise Otis, se joignent au projet d’application mobile COVI, une initiative d’intelligence artificielle récemment lancée afin de contribuer à la lutte à la propagation de la COVID−19.

Développée par l’Institut québécois d’intelligence artificielle (MILA), l’application pour téléphones intelligents permet de recueillir et de colliger en réseau des informations sur d’autres personnes, ce qui, croit−on, aidera à calculer la probabilité d’être infecté par le coronavirus. L’Institut croit que les vertus de cette application pourront faciliter une levée sécuritaire des mesures de distanciation sociale par les autorités. 

L’initiative a toutefois soulevé des interrogations sur le respect de la vie privée des gens.

À ce sujet, COVI Canada s’engage à ce que les données recueillies ne soient jamais utilisées à des fins commerciales ni vendues à des entreprises privées. Les données ne pourront pas non plus être puisées pour des fins de surveillance; elles seront stockées au Canada et supprimées régulièrement, promet−on.

Louise Arbour, qui agit à titre de présidente honoraire de COVI Canada, a acquis la conviction que le modèle de gouvernance a été construit autour des valeurs fondamentales de responsabilité et de transparence.

Quant à Louise Otis, présidente du conseil d’administration, elle ajoute que COVI Canada propose une solution technologique ouverte, accessible à tous et qui place la protection des droits de la personne au cœur de sa démarche.

Louise Arbour a été juge à la Cour suprême du Canada de 1999 à 2004 et Haut−Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme de 2004 à 2008. Elle a aussi agi à titre de procureure en chef du Tribunal pénal international pour l’Ex−Yougoslavie et du Tribunal pénal international pour le Rwanda. 

Louise Otis a été juge à la Cour d’appel du Québec de 1993 à 2009 et a été présidente du Tribunal administratif de l’OCDE et du Tribunal d’appel de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF). Elle est actuellement professeure adjointe à la Faculté de droit de l’Université McGill, à Montréal.

MILA a récemment affirmé être en discussions avec le gouvernement du Canada et plusieurs gouvernements provinciaux et territoriaux du pays pour permettre l’utilisation de l’application COVI au cours des prochaines semaines.


image

DevOps

Mercredi 09 décembre


image

Sommet Énergie

Mardi 26 janvier


image

Sommet en finance

Jeudi 11 février


image

Contrats publics

Mardi 09 mars

Sur le même sujet

COVID-19: les premières doses de vaccin au Canada début 2021

24/11/2020 | AFP

Les premières doses de vaccin contre la COVID-19 arriveront au Canada début 2021 faute de capacité locale de production.

La région de Toronto en confinement dès lundi

L’Ontario annonce, dès lundi, le confinement des régions de Toronto et de Peel, durement touchées par la COVID−19.

À la une

Soldes de l'Après-Noël: Legault songe à limiter le nombre de clients dans les magasins

Des policiers pourraient être appelés en renfort pour s’assurer que les consignes seront suivies.

Le nombre de fermetures d’entreprises a légèrement diminué en août

Les entreprises qui étaient le moins en mesure de s’adapter à la pandémie avaient déjà fermé selon Statistique Canada.

Le vaccin d'AstraZeneca nécessite une «étude supplémentaire»

13:13 | AFP

«Maintenant que nous avons trouvé ce qui semble être une meilleure efficacité, nous devons la valider».