Des robots mascottes et porteurs de javelots aux JO de Tokyo

Publié le 22/07/2019 à 06:59

Des robots mascottes et porteurs de javelots aux JO de Tokyo

Publié le 22/07/2019 à 06:59

Par AFP

«Kawaii» (mignons) pour accueillir les visiteurs et athlètes aux JO de Tokyo, ou très fonctionnels pour transporter javelots et disques, une ribambelle de «robots» viendront égayer les Jeux de Tokyo l'été prochain (24 juillet-9 août).

Le géant automobile japonais Toyota, sponsor «mobilité» de l'événément, a présenté à la presse plusieurs automates, pas tout à fait prêts encore et pas vraiment performants non plus, mais qui prétendent contribuer aux Jeux «les plus innovants de l'histoire» dans un archipel dont la réputation technologique a pâli ces dernières années.

Outre les grosses peluches qui se baladeront sur les différents sites, les mascottes aux airs de personnages de manga, Miraitowa et Someity, se feront aussi robots.

Les petites créatures aux grands yeux et oreilles pointues pourront mouvoir leurs bras sur commande à distance, et interagir avec les spectateurs et sportifs, selon Tomohisa Moridaira, un des responsables du développement des robots pour Tokyo-2020 au sein de Toyota.

Grâce à une caméra placée au niveau de la tête, «le robot pourra reconnaître les expressions des gens et réagir en conséquence. Quand son interlocuteur prendra congé par exemple, il aura l'air triste», explique-t-il. Au cours de la démonstration, son regard s'emplissait ainsi d'étoiles ou de coeurs.

Il y aura 10 exemplaires de ces machines qui font la taille d'un jeune enfant, ornées de motifs en damier bleu ou rose. Elles seront en revanche incapables de parler ou se déplacer.

Plus utile peut-être, le FSR (Field support robot), sorte de petit chariot noir sur roues. Doté de fonctions autonomes, il pourra épauler le personnel, le suivre tout en évitant les obstacles, récupérer et transporter javelots, disques ou marteaux lors des épreuves d'athlétisme... à condition toutefois que quelqu'un les ramasse et les lui donne.

Son objectif, explique Toyota: «faire gagner du temps et réduire la main-d'oeuvre» dans un Japon en manque de bras.

Dans les tribunes, il y aura aussi des robots dits HSR (Human support robot) pour guider les personnes handicapées à leur siège et apporter aux visiteurs boissons et autres produits commandés sur une tablette spéciale.

Enfin, pour ceux qui ne pourront pas venir aux jeux, un autre robot au nom barbare, le T-TR1 (Remote location communication robot), projettera en grandeur réelle, tel un Skype géant mobile, l'image de l'utilisateur distant, tout en suivant un humain à une vitesse de 6 km/h pour faire découvrir les lieux à cet interlocuteur.

«Il offrira la possibilité d'assister virtuellement aux Jeux», assure Toyota, au cours d'une démonstration peu convaincante.


image

Gestion agile

Mercredi 27 mai

Sur le même sujet

Une responsable de l'ONU fait valoir ses craintes à Ottawa sur les robots tueurs

Les gouvernements doivent prendre des mesures pour empêcher des impacts néfastes sur le plan militaire de la robotique.

Non, Trump n'est pas le champion de l'emploi, mais... des robots!

07/02/2020 | Olivier Schmouker

CHRONIQUE. Le «Comeback» économique louangé par Trump ne correspond en rien à la réalité. En voici la preuve.

À la une

Défi Start-up: les éléments d'un bon «elevator pitch»

23/05/2020 | Denis Lalonde

BALADO. Comment faire bonne impression auprès d'investisseurs potentiels en moins de 2 minutes? Anne Marcotte explique.

Défi Start-up: comment gérer un accélérateur en temps de pandémie

22/05/2020 | Denis Lalonde

BALADO. FounderFuel redémarre le 1er juin et ne sera plus jamais le même, dit la directrice générale Katy Yam.

Pour tout savoir sur le Défi Start-up

14/05/2020 | Les Affaires

Le Défi Start-up est de retour! Pour cette 5ème édition, découvrez une nouvelle formule. Pour s'inscrire, c'est par ici.