RIM alerte les autorités au sujet d'un possible délit d'initié

Publié le 21/05/2010 à 17:45

RIM alerte les autorités au sujet d'un possible délit d'initié

Publié le 21/05/2010 à 17:45

Par La Presse Canadienne

Photo : Bloomberg

Research in Motion affirme avoir alerté la Commission des valeurs mobilières de l'Ontario après avoir lancé sa propre enquête sur l'un de ses vice-présidents, soupçonné d'avoir acheté des actions d'une entreprise que RIM projetait d'acquérir.

Le dirigeant, Paul Donald, qui ne travaille plus pour Research in Motion (TSX:RIM), est accusé d'avoir tiré profit d'informations obtenues "à l'interne" au sujet de la possible acquisition de la société de technologie de cryptage Certicom.

La Commission des valeurs mobilières de l'Ontario soutient que Paul Donald a été informé de la possibilité de la conclusion d'une entente entre les deux entreprises alors qu'il bavardait avec des collègues, lors d'un tournoi de golf de l'entreprise, en août 2008. Il aurait fait l'acquisition d'actions de Certicom le lendemain.

La commission accuse l'homme d'avoir effectué des transactions alors qu'il détenait des informations privilégiées qui n'étaient pas connues du public. Il devrait comparaître lors d'audiences de la commission le 7 juin.

RIM a affirmé dans un communiqué avoir découvert que Paul Donald avait acheté des actions de l'entreprise lorsqu'elle a lancé son offre pour la prise de contrôle non sollicitée de Certicom plusieurs mois plus tard, soit en décembre 2008.

À la une

Entrepreneuriat: le «trou noir» afflige le Québec

16/04/2021 | Emmanuel Martinez

La pérennité des nouvelles entreprises est faible dans la province, démontre une étude de l’UQTR.

La devise des entrepreneurs québécois: «Je veux changer le monde»

16/04/2021 | Emmanuel Martinez

Contrairement à ceux de l'étranger, les entrepreneurs québécois veulent «changer le monde», selon une étude de l'UQTR.

La devise des entrepreneurs québécois: «Je veux changer le monde»

16/04/2021 | Emmanuel Martinez

Contrairement à ceux de l'étranger, les entrepreneurs québécois veulent «changer le monde», selon une étude de l'UQTR.