Le nouveau MacBook Pro d'Apple remplacera votre studio, votre bureau, votre salon...

Publié le 13/11/2019 à 08:30

Le nouveau MacBook Pro d'Apple remplacera votre studio, votre bureau, votre salon...

Publié le 13/11/2019 à 08:30

Par Alain McKenna

Dans la foulée de Microsoft et Google, c’est au tour d’Apple de dévoiler un ordinateur portable haut de gamme. Apprenant de ses bons et moins bons coups récents, la firme de Cupertino ne fait pas les choses à moitié, présentant un MacBook Pro à écran Retina de 16 pouces qui présente une série de caractéristiques techniques inédites sur un appareil de ce format, mais dont le prix de vente demeure inchangé, par rapport au modèle qu’il remplace.

L’arrivée de ce MacBook Pro à écran de 16 pouces signale la fin d’un MacBook Pro en version de 15 pouces qui aura déçu, voire même fâché plus d’un fidèle client de la marque californienne. Le modèle de 13 pouces d’entrée de gamme, lui, reste au catalogue et demeure inchangé.

Avec une fiche technique qui inclut un stockage interne (SSD) de 8 téraoctets (en option), une pile de 100 Watts-heure améliorant son autonomie d’une heure, un système de son impressionnant et même un microphone «de qualité professionnelle» destiné très spécifiquement aux producteurs de balados de ce monde, ce nouvel ajout à la gamme des produits «Pro» d’Apple risque fort d’attirer les acheteurs qui n’ont pas peur d’allonger quelques milliers de dollars pour un produit haut de gamme.

Petit conseil: ajoutez un câble Thunderbolt au panier, pour accélérer la migration des données d'un vieux Mac, car par WiFi, c'est interminable.

Côté prix, ça passe ou ça casse : ça débute à 3000$, et ça monte vite. On imagine mal combien coûtera la version à processeur Core i9 à 8 cœurs dotée de 64 go de mémoire vive (inamovible, alors il faut choisir dès l’achat), de 8 to de stockage interne (idem) et de la carte graphique la plus équipée (jusqu’à 8 go de mémoire vidéo)!

Le modèle de base est livré avec 8 go de mémoire vive et 512 go de stockage, le tout accompagné d’un processeur Core i7 à 6 cœurs d’Intel. Le modèle supérieur hérite de 1 to, de plus de mémoire et du Core i9, mais coûtera quelques centaines de dollars de plus.

Un Mac revu de bout en bout

Historiquement, le MacBook Pro est un produit dont le magnétisme attirait les acheteurs de tous horizons. Ceux préférant payer moins cher se rabattaient ensuite sur un MacBook plus abordable. Des problèmes de clavier irritants et les performances correctes, mais sans plus, du MacBook précédent ont terni un peu son image.

Apple revient donc avec un clavier redessiné et inspiré du «Magic Keyboard» de son iMac, mais encastré, évidemment. Confortable, silencieux et agréable à utiliser dès le premier contact. Ça rappelle les bons vieux Mac. En prime, ce clavier hérite d’une Touch Bar raccourcie, pour faire place à une touche «Escape», comme dans le temps, à gauche, et d’un bouton d’alimentation (intégrant le lecteur d’empreintes Touch ID) mieux défini, à droite.

Juste ça, c’est une excellente amélioration. Mais ce n’est pas tout.

L’écran de 16 pouces réduit de près du tiers la taille du cadre noir entourant l’écran. L’appareil a donc plus d’espace pour afficher du contenu, sans être vraiment plus imposant que son prédécesseur. Il fait 1 millimètre de plus en épaisseur, et quelques millimètres de plus (Apple dit «2%») en largeur, et son poids est un poil sous les 2 kilos (4,3 livres).

Cet affichage commence à ressembler à ce que proposent certains fabricants du côté des PC, le tactile en moins. Le MacBook Pro se reprend du côté audio, avec six enceintes qui comprennent des caissons à position opposée, qui produisent un son riche et puissant, vraiment. Vraiment.

Le microphone est aussi grandement amélioré. Apple dit qu’il est «de qualité studio». On se gardera une petite gêne, mais il dépannera de façon presque imperceptible le baladodiffuseur qui a oublié son équipement à la maison.

Sous le capot (où la mécanique est toujours aussi inaccessible…), Apple a réussi à insérer une batterie surdimensionnée, atteignant la limite légale autorisée par la FAA, aux États-Unis (!). Celle-ci anime une ventilation 20% plus efficace, une mécanique jusqu’à 40% plus musclée, et ajoute une heure d’autonomie en prime, à 11h d’un usage «normal» (en test, 3 heures de vidéo par Internet ont grugé 30% de la pile).

Qui veut d’un MacBook Pro?

Ce MacBook Pro est en vente dès aujourd’hui. Apple ajoutera son tonitruant Mac Pro au catalogue le mois prochain. Tous deux complètent une gamme de produits «Pro» qui n’a jamais été aussi étendue, ce qui soulève des questions quant au public ciblé par ces appareils qui ne sont pas les plus abordables sur le marché.

Un iMac Pro, un MacBook Pro, un Mac Pro, un iPad Pro (on peut laisser les AirPods Pro de côté pour celle-là…), ça fait beaucoup... de «pros».

Du groupe, le portable est celui que préfèrent les programmeurs, notamment ceux qui créent des applications pour l’écosystème d’Apple, justement. Ceux-là seront ravis de voir comment macOS 10.15 file à vive allure. Aucun signe de fatigue tandis que s’animent sur un moniteur externe relié via Thunderbolt six versions différentes de la même application pour iOS, en simultané, et en direct. Même chose pour l’édition vidéo : quand on peut produire et diffuser en direct six flux vidéo en 4K, lesquels peuvent être modifiés instantanément, c’est qu’on a sous la main un bourreau de travail. Une vidéo en HD toute banale s'exporte d'iMovie, ou même de Premiere Rush d'Adobe, en quelques minutes.

C'est inégalable dans un format portatif.

La clientèle visée est donc celle qui a besoin de cet excédent de muscle, sur la route. Pour tous les autres, c’est certainement du superflu. En ajoutant aussi la fonction Sidecar, qui convertit un iPad en moniteur d’appoint tactile sur lequel on peut gribouiller avec un stylet, Apple ajoute une corde à l’arc d’un MacBook Pro déjà assez polyvalent pour épargner sur les coûteux accessoires.

Comme un studio d’enregistrement. Ou une pièce remplie de serveurs informatiques. Ou même un système de divertissement complet, pourquoi pas.

En tout cas, c’est certainement là-dessus qu’Apple mise pour reconquérir les professionnels du multimédia et les professionnels tout court déçus de sonn offrande précédente. Sur papier, et au premier contact, ce nouveau MacBook Pro laisse une superbe impression.


Apple MacBook Pro (16 pouces) 

Écran Retina de 16 po (3072 x 1920 pixels)
Processeur Core i9 à 8 cœurs de 2,3 GHz (modèle testé)
16 go de mémoire vive
1 to de stockage interne
4 ports Thunderbolt
Jusqu’à 11h d’autonomie (10h testé)
À partir de 3000$ (testé : 3500$ est.)

Suivez-moi sur Facebook:

Suivez-moi sur Twitter:


image

Sommet Énergie

Mardi 21 janvier


image

Santé psychologique

Mercredi 22 janvier


image

Marketing personnalisé

Mercredi 05 février


image

Forum Contrats publics

Mardi 11 février


image

Expérience

Jeudi 20 février


image

DevOps - Québec

Mercredi 26 février


image

Usine 4.0 – Québec

Mercredi 18 mars


image

Expérience citoyen

Mercredi 01 avril


image

Objectif Nord

Mardi 07 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 22 avril


image

CONNEXION

Jeudi 07 mai


image

Gestion agile

Mercredi 27 mai

Sur le même sujet

Amazon, Apple et Google veulent faire parler la même langue aux équipements de maison

18/12/2019 | AFP

Alexa, l'assistant numérique d'Amazon, devrait bientôt pouvoir discuter avec Siri, celui d'Apple.

Les AirPods Pro en rupture de stock d'ici Noël? Voici deux suggestions

16/12/2019 | Alain McKenna

BLOGUE. Apple a braqué les projecteurs sur le marché des écouteurs Bluetooth, mais d’autres en profiteront également.

OPINION Comment Apple peut encore enrichir ses actionnaires
Édition du 07 Décembre 2019 | Pierre-Olivier Langevin
L'actu techno en bref
18/11/2019 | Pascal Forget et Alain McKenna, #Unetassedetech
Apple supprime des applications dédiées au vapotage de son App Store
15/11/2019 | AFP

À la une

Le classement des 300 plus importantes PME du Québec en 2019

Édition du 26 Octobre 2019 | Emanuelle René de Cotret

Le classement annuel des 300 plus importantes PME du Québec

Les 300 en quelques chiffres

Édition du 26 Octobre 2019

Le classement annuel des 300 plus importantes PME du Québec

Système de paie Phénix: encore plus de 100 000 victimes

Quatre ans après son implantation dans la fonction publique fédérale, le système de paie Phénix est loin d'être parfait.