La technologie au secours de la sexualité au CES

Publié le 11/01/2013 à 06:35, mis à jour le 17/10/2013 à 11:00

La technologie au secours de la sexualité au CES

Publié le 11/01/2013 à 06:35, mis à jour le 17/10/2013 à 11:00

Par AFP

Le produit-vedette présenté par Standard Innovations au CES

La technologie peut-elle améliorer la sexualité? Les fabricants d'un vibromasseur pour couples présenté au salon électronique Consumer Electronic Show (CES) de Las Vegas parient en tout cas dessus.

Selon Tristan Weedmark, coordinateur pour les questions de sexologie du fabricant canadien de l'appareil, Standard Innovation, deux millions de personnes aux Etats-Unis, en Europe et au Canada l'ont déjà essayé.

Il peut servir en même temps à un homme et une femme, et «a été utilisé dans la communauté gay avec beaucoup de succès», affirme-t-elle.

La promotion de l'appareil coïncide avec un intérêt nouveau pour la sexualité au plus grand salon électronique du monde, qui organisait cette année une série de débats sur «le sexe ne vieillit jamais», «la science rencontre la sexualité» ou «le sexe à l'âge numérique».

Le responsable du développement des produits de Standard Innovation, Grant Bechthold, juge approprié que le CES s'intéresse à ces sujets.

«Il y a beaucoup de science dans nos produits», a-t-il souligné. «Nous utilisons les mêmes principes de conception et d'ingénierie que que toutes les autres entreprises ici.»

Le directeur général Danny Osadca a indiqué pour sa part que l'objectif de son entreprise était "d'appliquer les mêmes hauts niveaux de réflexion et procédures que dans l'électronique grand public traditionnelle pour améliorer l'avenir de la santé sexuelle".

À la une

Budget fédéral 2024: l'art de se tirer dans le pied

EXPERT INVITÉ. Le gouvernement de Justin Trudeau «s’autopeluredebananise» avec son «budget mémorable».

Gain en capital: pas une surprise

EXPERT INVITÉ. «Combien d’impôt ça va vous coûter de plus?»

L'industrie technologique mécontente des mesures sur les gains en capital

Mis à jour à 17:22 | La Presse Canadienne

L'industrie technologique est mécontente des mesures sur les gains en capital.