Vendre à chaque appel: le «cauchemar» d'une employée de Bell

Publié le 20/11/2017 à 12:18

Vendre à chaque appel: le «cauchemar» d'une employée de Bell

Publié le 20/11/2017 à 12:18

Par lesaffaires.com

Une employée de longue date témoigne de son quotidien au service à la clientèle de Bell, se disant forcée à vendre des produits que les clients ne veulent pas et ne comprennent pas, afin d'atteindre ses objectifs commerciaux dont dépend son poste.


Le géant des télécoms canadien dément ces accusations «complètement infondées» et colportées dans le cadre de l'émission «Go Public» de la CBC.


Andrea Rizzo, employée d'un centre d'appels en Ontario, a dû prendre congé, submergée par le stress de conditions de travail qu'elle dépeint comme cauchemardesques.


Cette quinquagénaire s'inquiète d'ailleurs des conséquences qu'aura son témoignage mais elle dit ne plus pouvoir vivre cette situation.


Elle explique que beaucoup de clients qui appellent ont un revenu limité et ne peuvent clairement pas utiliser les produits pour lesquels elle a des objectifs de vente très élevés.



« Les clients me disent qu'ils sont aveugles mais je dois encore leur vendre un service internet »


«Nous avons beaucoup de personnes âgées qui appellent», explique à CBC Andrea Rizzo. «Ils me disent qu'ils sont aveugles mais je dois encore leur vendre un service internet.»


Elle travaille pourtant dans un service qui doit normalement aider les abonnés à régler des problèmes, techniques ou de facturation. Mais, selon elle, Bell appellerait ce service «Servir pour vendre» (Serve to Sell). Ce qui se révèle particulièrement confondant car les personnes contactent le service parce qu'ils ont été déconnectés par exemple, et l'interlocuteur tente de souscrire une nouvelle offre internet, TV ou de téléphonie.


Noyer le poisson


Le témoin décrit également à la CBC la stratégie de vente imposée par les coaches: parler rapidement, pour ne pas laisser le temps au client de trop parler, et lancer le prix sans trop de discussion pour aborder les aspects concrets de l'installation ou de l'activation du service.


En août dernier, Andrea Rizzo raconte que Bell lui a signalé qu'elle ne «répondait pas aux attentes de performance» et l'a inscrite dans un programme d'évaluation qui pourrait faciliter son licenciement.


Elle ajoute que ses collègues les plus performants ne respectent pas l'éthique commerciale, en omettant de mentionner la durée du contrat ou l'échéance d'un rabais après quelques mois.


Des comportements contrevenant évidemment avec les réglementations en vigueur.


 


image

Usine 4.0

Mercredi 14 mars


image

Objectif Nord

Mardi 24 avril


image

Rémunération globale

Mercredi 25 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 16 mai

Sur le même sujet

Québecor en appelle d'une décision du CRTC dans son litige avec Bell

Québecor demande à la Cour d'appel fédérale de réviser la décision rendue par le CRTC le 17 janvier dernier.

BCE répond à l'appel au quatrième trimestre, hausse son dividende

08/02/2018

Le géant montréalais affiche ses meilleurs résultats sans fil en 15 ans.

À la une

Stornoway réglera ses problèmes de bris de diamants en 2018

22/02/2018 | François Normand

«C’est notre tâche de l’amener à un niveau acceptable, et c’est l’année pour le faire», dit Matt Manson.

Gildan rationalise pour financer son virage en ligne

Frappé par la crise des détaillants, le roi des t-shirts regroupe deux divisions pour fouetter sa performance.

Classement minier: le Québec remonte au deuxième rang canadien

22/02/2018 | Pierre Théroux

Le Québec reprend ainsi la place que lui avait ravie l’année précédente le Manitoba.