Le Web à la rescousse de l'énergie solaire


Édition du 27 Août 2015

Le Web à la rescousse de l'énergie solaire


Édition du 27 Août 2015

Tout comme Google avec Project Sunroof, la montréalaise Sofdesk utilise des photos satellites pour évaluer la quantité d’énergie solaire pouvant être captée par un toit donné.

Lorsque Lennie Moreno, pdg de Sofdesk, a appris que Google lançait Project Sunroof, le 17 août, il a retenu son souffle. L'arrivée de Google dans le créneau de sa start-up ne semblait pas de bon augure. Après avoir lu quelques articles sur Project Sunroof, M. Moreno était toutefois rassuré. Aujourd'hui, il croit même que l'annonce de Google a potentiellement augmenté la valeur de son entreprise.

À lire aussi:
Pourquoi le World Wildlife Fund se félicite d'investir dans les énergies fossiles

Sofdesk, créée à Montréal en 2013, indique aux consommateurs combien ils pourraient économiser en couvrant leur toit de panneaux solaires. La jeune entreprise, maintenant profitable, a réalisé des revenus de 1,2 million de dollars au cours des 12 derniers mois.

«Nous sommes très heureux du fait que Google ait lancé ce projet, car nous croyons que c'est une importante validation pour notre entreprise», lance Lennie Moreno.

Plus précis que Google

Comme l'entreprise montréalaise, Google permet désormais aux résidents des régions de Fresno, San Francisco et Boston d'évaluer combien ils pourraient économiser grâce à des panneaux solaires. Pour ce faire, Project Sunroof utilise les photos satellites de Google Earth pour évaluer la quantité d'énergie solaire pouvant être captée par un toit donné. La surface, l'orientation et l'emplacement géographique du toit des demandeurs sont pris en compte.

Pour sa part, Sofdesk offre aux consommateurs de partout au Canada et aux États-Unis une évaluation semblable, elle aussi basée sur des photos satellites. M. Moreno soutient cependant que les évaluations de Sofdesk sont plus précises que celles de Google. «La précision de l'outil de Google laisse à désirer. Il ne tient pas compte de facteurs, dont l'ombrage réel et les vents, qui sont très importants pour l'estimation.»

Du reste, Lennie Moreno ne s'inquiète pas trop de la concurrence de Google. Comme la Californienne, Sofdesk génère des revenus en dirigeant les consommateurs intéressés vers des installateurs de panneaux solaires. C'est là où le service de Google s'arrête et où celui de Sofdesk commence, puisque la start-up de 14 employés fournit un logiciel d'estimation aux installateurs de panneaux solaires baptisé Solargraf, au prix de 195 $ par mois.

Sofdesk vise ainsi à exposer les installateurs de panneaux solaires à son outil en ligne en leur adressant des clients. Alors que Project Sunroof renvoie ses clients à une poignée d'installateurs parmi les plus importants aux États-Unis, Sofdesk vise les acteurs de taille plus modeste, qui se comptent par milliers aux États-Unis. Selon Lennie Moreno, ces derniers ont un bel avenir devant eux, malgré la concurrence de géants comme SolarCity : «Les installateurs de panneaux solaires sont comme les plombiers ou les électriciens : il y aura toujours de petits acteurs locaux».

À lire aussi:
Pourquoi le World Wildlife Fund se félicite d'investir dans les énergies fossiles

À la une

Lithium en territoire cri: une mine qui divise et ravive de vieilles blessures

La région autour de Nemaska possèderait l‘un des plus grands gisements de spodumène au monde.

Cinq prévisions pour l'immobilier et le bois en 2023

04/02/2023 | François Normand

ANALYSE. Fastmarkets vient de publier cinq prévisions qui affecteront plusieurs entreprises au Québec.

Elon Musk déclaré non coupable de fraude pour ses tweets sur l’action Tesla

03/02/2023 | AFP

Elon Musk a été déclaré non coupable de fraude pour ses tweets sur l’action Tesla.