Facebook aurait-il contribué à l'invasion du Capitole le 6 janvier?

Publié le 03/10/2021 à 22:30

Facebook aurait-il contribué à l'invasion du Capitole le 6 janvier?

Publié le 03/10/2021 à 22:30

Par La Presse Canadienne

«Il y avait [souvent] des conflits d’intérêts entre ce qui était bon pour le public et ce qui était bon pour Facebook. Et Facebook a maintes fois choisi d’optimiser ses propres intérêts, comme celui de gagner plus d’argent», selon la lanceuse d’alerte Frances Haugen. (Photo: La Presse Canadienne)

Selon une lanceuse d’alerte, Facebook aurait prématurément désactivé les mesures de protection conçues pour contrecarrer la désinformation et l’agitation de certains groupes dans le cadre d’une opération lucrative qui a contribué à l’invasion meurtrière du Capitole.

L’ancienne cheffe de produit de l’entreprise Facebook, Frances Haugen, a affirmé lors d’une entrevue diffusée dimanche qu’un changement apporté en 2018 au flux de contenu des fils d’actualité de Facebook a contribué à accroître la division dans un réseau ostensiblement créé pour rapprocher les gens.

Malgré l’inimitié alimentée par ces nouveaux algorithmes, Facebook a découvert qu’ils aidaient les gens à consommer davantage sa plateforme sociale. 

«Ce que j’ai vu à plusieurs reprises sur Facebook, c’est qu’il y avait des conflits d’intérêts entre ce qui était bon pour le public et ce qui était bon pour Facebook», a déclaré Mme Haugen qui a travaillé dans diverses entreprises de la Silicon Valley. «Et Facebook a maintes fois choisi d’optimiser ses propres intérêts, comme celui de gagner plus d’argent».

Le chiffre d’affaires annuel de Facebook a plus que doublé, passant de 56 milliards de dollars en 2018 à 119 milliards de dollars cette année. Pendant ce temps, la valeur marchande de l’entreprise est passée de 375 milliards de dollars fin 2018 à près de 1 000 milliards de dollars aujourd’hui.

Un haut dirigeant de Facebook a qualifié les allégations de Mme Haugen de «trompeuses».

«Les médias sociaux ont eu un grand impact sur la société ces dernières années, et Facebook est souvent un lieu où se déroule une grande partie de ce débat», a écrit Nick Clegg, vice-président des politiques et des affaires publiques de l’entreprise aux employés de Facebook dans une note envoyée vendredi. «Mais les preuves disponibles ne soutiennent tout simplement pas l’idée que Facebook, ou les médias sociaux en général, sont la principale cause de polarisation». 

Les projecteurs sont déjà braqués sur Facebook alors que les législateurs et les régulateurs du monde entier scrutent l’immense pouvoir des réseaux sociaux pour façonner les opinions et leurs effets polarisants sur la société.

Le contrecoup s’est intensifié depuis la publication dans le Wall Street Journal à la mi-septembre d’un article révélant que les propres recherches internes de Facebook avaient conclu que les algorithmes de recherche d’attention du réseau social avaient contribué à favoriser la dissidence politique, l’impact sur la santé mentale et les problèmes émotionnels chez les adolescents, en particulier les filles. 

Bien que Facebook ait affirmé que le Journal avait sélectionné les informations les plus dommageables dans les documents internes pour mal présenter l’entreprise, les révélations ont provoqué un retard indéfini dans le déploiement d’une version de la plateforme sociale Instagram pour enfants.

«Personne sur Facebook n’est malveillant», a déclaré Mme Haugen. «Mais les incitations sont mal alignées, n’est-ce pas ? Par exemple, Facebook gagne plus d’argent lorsque vous consommez plus de contenu. Les gens aiment s’engager avec des choses qui suscitent une réaction émotionnelle et plus ils sont exposés à la colère, plus ils interagissent et plus ils consomment».

À la une

Bourse: Wall Street déstabilisée par le variant, plus forte chute de l'année pour le Dow Jones

Mis à jour à 17:24 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto a perdu près de 500 points.

À surveiller: Air Canada, Suncor et Rogers Sugar

Que faire avec les titres d'Air Canada, Suncor et Rogers Sugar? Voici quelques recommandations d'analystes.

Omicron, le nouveau variant du Covid-19, se répand, le monde isole l'Afrique australe

Un cas a été signalé à Hong Kong, un en Israël sur une personne revenue du Malawi et un autre en Belgique.