Ça roule à fond pour Argon 18

Publié le 14/01/2017 à 12:30

Ça roule à fond pour Argon 18

Publié le 14/01/2017 à 12:30

Par Claudine Hébert

Fournir les vélos à une équipe qui participe au Tour de France, ça coûte des millions de dollars. En retour, la visibilité de cette commandite n’a pas de prix. Parlez-en à Gervais Rioux, président-fondateur d’Argon 18. Depuis que les vélos haute performance de cette PME montréalaise roulent dans la cour des grands, les ventes ont explosé partout sur le globe.


«Dès que nous avons signé avec l’équipe allemande Bora en 2014, le nombre de pays où l’on exporte nos vélos est passé de 38 à 75. Du coup, nos ventes de vélos ont augmenté de plus de 70% en 2015. L’an dernier, ce sont près de 20 000 vélos qui ont été vendus. Une hausse de 30%. Et pour 2017, on s’attend à un autre gain de 30%. Si ce n’est pas plus», souligne Gervais Rioux.


En effet, l’aventure d’Argon 18 chez les pros ne fait que commencer. Après l’équipe Bora, dont le contrat n’a pas été renouvelé, c’est au tour de l’équipe Astana du Kazakhstan de s’entendre avec le fabricant de vélos montréalais. Et contrairement à Bora, qui était une équipe de 2e division, Astana, elle, fait partie du World Tour. «C’est comme si on devenait le fournisseur d’une équipe de hockey de la LNH. Astana participe au 35 grands événements vélo de la planète. Bora n’en faisait qu’une quinzaine», explique M. Rioux. L’Espagnol Alberto Contador, ex-champion des tours de France, d’Italie et d’Espagne, est un ancien porte-couleur d’Astana. 


Depuis déjà 2009 que Gervais Rioux courtise les grandes écuries de la course de vélo de route. «Au début, on se contentait de faire faire des essais de vélos aux coureurs des équipes intéressées. Nous n’avions pas le budget pour une commandite en bonne et due forme», indique le fabricant de vélos. L’entreprise Argon 18 va fournir 250 vélos d’une valeur approximative de 12 000$ chacun aux 29 coureurs de l’équipe Astana. Cette commandite, ajoute M. Rioux, est également assortie d’un cachet, dont le montant demeure confidentiel. 


Cet investissement est énorme, mais indispensable pour un fabricant qui veut se démarquer à l’international, insiste Gervais Rioux. Déjà plus de 90% de la production d’Argon 18, qui est essentiellement fabriquée en Chine et à Taiwan, est destinée à l’exportation. «Si on veut vendre des vélos de course haute performance aux cyclistes amateurs, qui constitue 95% de notre clientèle, il faut être vu lors des plus importants événements cyclistes de la planète», souligne l’ancien coureur qui a lui-même été un ex-champion canadien cycliste sur route (1979, 1983 et 1985). D’un point de vue marketing, il estime que les partenariats avec Bora et Astana lui ont rapporté, jusqu’ici, entre 5M$ et 10M$ par année en retombées médiatiques. Une visibilité publicitaire que sa PME aurait difficilement pu s’offrir autrement.


Remarquez, Argon 18, qui consacre plus d’un demi-million de dollars par année en recherche et développement, a profité de cette visibilité pour lancer près d’une dizaine de nouveaux modèles de vélos de route, de piste et de triathlon. Des vélos qui se détaillent entre 1700$ et 15 000$. 


Chez Astana, le directeur sportif de l’équipe, Dimitriy Fofonov, se dit très emballé par son nouveau partenariat avec le fabricant de vélo québécois. «Argon 18 consacre beaucoup de temps et d’argent au développement de vélos de triathlon. Ces vélos, qui sont pensés et conçus pour des courses individuelles, peuvent faire toute une différence lors d’une course contre-la-montre, où chaque seconde compte au classement général», explique-t-il.


De plus, dit-il, Gervais Rioux, a été lui-même un cycliste de compétition. Un grand atout. Lui et son équipe savent se préoccuper du confort sur chaque vélo. Un souci que les coureurs professionnels apprécient beaucoup.


Enfin, en attendant de célébrer la toute première victoire d’Argon 18 sur un des grands tours, la PME montréalaise peut déjà lever son verre à des podiums olympiques. L’entreprise commandite l’équipe danoise de vélo sur piste qui a remporté deux médailles de bronze aux Jeux de Rio de Janeiro l’été dernier.


Argon 18 en quelques chiffres 


Année de fondation : 1999


Nombre d’employés : 45 


Chiffre d’affaires : plus de 20M$


Objectif pour les deux prochaines années : Argon 18 développe actuellement un SmartBike qu’elle a présenté au dernier salon Eurobike en 2016. Un vélo qui va permettre aux cyclistes amateurs de bénéficier d’une meilleure analyse lors de chaque coup de pédale.


 


 

À suivre dans cette section


image

FinTech

Mercredi 31 mai


image

Communication interne

Mercredi 07 juin


image

Fusions-acquisitions

Mercredi 07 juin


image

Fraude alimentaire

Mardi 12 septembre


image

Forum TI

Mercredi 13 septembre


image

Objectif Usine 4.0

Mardi 19 septembre


image

Gestion de l'innovation

Mercredi 20 septembre


image

Résidences pour aînés

Jeudi 21 septembre


image

Objectif Nord

Mardi 26 septembre


image

Contrats publics

Mercredi 11 octobre


image

Gestion du changement

Mercredi 18 octobre


image

Croissance PME

Mercredi 25 octobre


image

Parcs industriels

Mardi 21 novembre

À la une

La rivale de MTY Bento Sushi s’en va en Bourse

Il y a 42 minutes | Dominique Beauchamp

Bento Sushi veut profiter de l'appétit des investisseurs après l'arrivée en Bourse du franchiseur Freshii.

Desjardins veut poursuivre sa croissance hors Québec

29/05/2017 | Denis Lalonde

Malgré la suppression de 150 emplois à Toronto, Desjardins doit poursuive sa croissance hors Québec, dit Guy Cormier.

Les grands gagnants du concours ARISTA 2017

29/05/2017 | Matthieu Charest

La liste complète des lauréats du 40e concours provincial ARISTA.