Virgin Mobile : une culture unique

Publié le 05/11/2008 à 22:06

Virgin Mobile : une culture unique

Publié le 05/11/2008 à 22:06

Il y a quatre ans, Virgin Mobile faisait une entrée fortement médiatisée au pays. Depuis, l'entreprise a pris sa place sur le marché du sans fil au Canada.

Les employés d'abord!

La tradition veut que les entreprises pensent à leurs actionnaires en premier lieu, puis à leurs clients et finalement à leurs employés. Virgin s'est démarquée en faisant le contraire : mettre les employés de l'avant.

« Richard Branson (le grand patron de Virgin) a toujours cru c'était la bonne façon de faire. Si vos employés sont heureux et motivés, il y a plus de chances que vos clients soient aussi heureux, dit-il. Ainsi, les profits suivront et les actionnaires seront contents », explique Chris Baines, directeur des relations publiques pour Virgin Mobile Canada.

La culture de Virgin

Richard Branson, s'est démarqué par son style de gestion non conventionnelle. L'entreprise a donc développé une culture d'entreprise unique, explique Andrew Black, le président et chef de la direction de Virgin Mobile Canada, en entrevue avec IQ Partners, une firme torontoise spécialisée en ressources humaines.

Quelle est cette culture unique: Les employés avec une fibre entrepreneuriale, des idées innovatrices et qui aiment prendre des risques sont encouragés. Les employés honnêtes, intelligents, respectueux, et qui posent des questions sont grandement admirés.

Cette culture unique a permis à l'entreprise d'attirer les meilleurs employés. « Nous donnons de la liberté et de l'autonomie à nos employés pour qu'ils puissent atteindre leurs buts », explique le président lors de l'entrevue avec IQ Partners.

« La stratégie, une fois les candidats embauchés, est de leur donner les outils nécessaires, établir des paramètres, puis les laisser travailler en paix », dit Andrew Black. Les meilleurs employés apprécient, performent et sont attirés par de telles conditions de travail. Il n'y a pas de micro management chez Virgin Mobile, ajoute-t-il.

Quelques obstacles à surmonter

Au tout début, l'entreprise a rencontré quelques difficultés pour les embauches. La réputation de celle-ci n'était pas encore bien établie au Canada et les gens n'étaient pas certains du succès que Virgin allait avoir.

« Nous sommes beaucoup moins bureaucratiques que les autres gros joueurs de l'industrie. Trouver des employés qui se mêlaient bien à notre culture a été un défi », explique Andrew Black durant l'entrevue.

Mais l'organisation a rapidement séduit des candidats et est d'ailleurs, aujourd'hui, très exigeante dans ses critères de sélection... elle ne veut que la crème de la crème!

IQ Interview : Andrew Black, President and CEO of Virgin Mobile Canada

À la une

Le risque crypto pèse plus sur la Bourse qu’on ne le croit

LES CLÉS DE LA CRYPTO. Les cryptos se montreraient contagieuses s’infiltrant dans les placements et les trésoreries.

Wall Street attend mardi son premier fonds indiciel indexé sur le bitcoin

Il y a 6 minutes | AFP

Le fonds indiciel (ETF) de ProShares, qui suivra le marché à terme du bitcoin, commencera à se négocier mardi.

Un patron qui veut son bien

Édition de Octobre 2021 | Denis Lalonde

BILLET. La fermeture du capital d'Exfo n'a pas permis de créer un maximum de valeur pour les actionnaires.