Plan de succession 101

Publié le 20/02/2009 à 15:35

Plan de succession 101

Publié le 20/02/2009 à 15:35

Par lesaffaires.com
Il s'agit d'inscrire les mots « congédiement » et « PDG » dans votre moteur de recherche pour voir le nombre colossal de chefs d'entreprise qui ont quitté ou qui ont été remerciés. Selon une journaliste de BNET, ils seraient 1 500 en 2008 à l'échelle américaine. Jerry Yang de Yahoo et Aylwin Lewis de Sears sont parmi les plus connus.

Trouver un nouveau PDG peut prendre un certain temps même s'il s'agit d'une priorité des conseils d'administration. C'est que cette tâche est des plus difficiles, écrit Jennifier Alsever de BNET. Voici donc quatre étapes à suivre afin de créer un plan de succession qui fonctionne.

1. Planifier la succession doit être une priorité. Personne n'est enclin à planifier son propre départ. Néanmoins, le PDG devrait être impliqué dans le processus de planification de succession, sans être la personne qui décide de tout. Le conseil devrait être en charge de déléguer les différents aspects qui doivent être adressés.

2. Connaître les objectifs à long terme de l'entreprise et les défis futurs. L'économie est de plus en plus incertaine, pratiquement imprévisible. Le conseil doit toutefois avoir à l'œil les défis à venir d'ici les trois à dix prochaines années.

3. Trouver des candidats potentiels à l'interne et observer leur leadership. Personne de comprend mieux une entreprise que les gens qui y travaillent. Repérez des candidats potentiels et observez leurs compétences en leadership. Développez ensuite leurs compétences en leur faisant expérimenter différents postes dans l'organisation et ayez un processus d'évaluation égal pour tous les candidats. Sans garder tout le processus secret, ne publiez pas la liste des candidats potentiels !

4. Le PDG actuel comme coach... mais pas pour trop longtemps. Le nouveau leader de l'entreprise ne devrait pas être laissé à lui-même durant les premiers mois de son mandat. Il est donc recommandé de demander au PDG actuel de coacher le nouveau leader ou d'embaucher un consultant externe. Cette période de transition ne devrait toutefois pas s'éterniser, de six à 18 mois maximum.

 

À la une

Entrepreneuriat: le «trou noir» afflige le Québec

16/04/2021 | Emmanuel Martinez

La pérennité des nouvelles entreprises est faible dans la province, démontre une étude de l’UQTR.

La devise des entrepreneurs québécois: «Je veux changer le monde»

16/04/2021 | Emmanuel Martinez

Contrairement à ceux de l'étranger, les entrepreneurs québécois veulent «changer le monde», selon une étude de l'UQTR.

La devise des entrepreneurs québécois: «Je veux changer le monde»

16/04/2021 | Emmanuel Martinez

Contrairement à ceux de l'étranger, les entrepreneurs québécois veulent «changer le monde», selon une étude de l'UQTR.