Investir dans le leadership : fiez-vous aux statistiques

Publié le 18/03/2009 à 15:36

Investir dans le leadership : fiez-vous aux statistiques

Publié le 18/03/2009 à 15:36

Entrevue - Scott Blanchard n'a eu aucun traitement de faveur. Il a gravi les échelons de l'entreprise de son père Ken comme tout le monde.


Au fil des 16 dernières années, le premier vice-président aux solutions clients est devenu un conférencier et consultant très demandé pour The Ken Blanchard Companies, une firme qui se spécialise en développement de leadership.

UrgenceLeadership.com a rencontré celui qui a commencé sa carrière dans l'hôtellerie. Au menu : développement du leadership en temps de crise financière, communication, et les principaux rôles du leader.


Urgence Leadership - L'importance de la communication est un élément qui revient souvent lorsqu'on parle de leadership. Selon vous, quel rôle joue la communication dans le leadership ?

Scott Blanchard - Je crois qu'il y a deux éléments importants dans la communication. D'abord, la communication illustre aux autres où l'entreprise s'en va, ce qui est un élément primordial du leadership. Elle démontre également comment l'entreprise compte atteindre ses buts, quelle est sa vision et sa mission. Cette communication doit partir du haut et être claire tout au long qu'elle descend dans l'organisation. Le deuxième élément de la communication est l'écoute. C'est essentiel d'écouter ses employés et de se renseigner sur ce qu'ils veulent et ce qu'ils ont besoin. Ce n'est pas toujours une question d'où l'entreprise s'en va, mais si elle va bien. Les meilleurs leaders ont l'oreille constamment collée sur le plancher et ils sont toujours à l'écoute des conversations dans l'organisation.

UL - Que voulez-vous dire par conversations ?

SB - Ils sont toujours informés sur ce que les employés pensent, sur comment ils se sentent. Sont-ils heureux ? Malheureux ? Pourquoi ? Vous savez, le meilleur moyen pour un leader de se renseigner est par la bonne vieille méthode de «grapevine». C'est lors des conversations alentour de la machine à café ou de la fontaine d'eau qu'on apprend le plus sur les employés.

UL - Le leader doit souvent porter plusieurs chapeaux et avoir des qualités bien précises. Selon vous, quels rôles joue le leader ?

SB - Je crois qu'il a principalement trois tâches, qui ne sont pas des qualités en soi. La première est de définir la réalité. Le leader doit dresser un portrait de ce qui se passe et comment cela affecte l'entreprise et les employés. Deuxièmement, sa tâche est de tracer le chemin de la direction que doit prendre l'entreprise. Et finalement, sa tâche est d'avoir des conversations utiles et honnêtes avec les employés. On sait lorsqu'une conversation a été utile si les deux personnes concernées se sentent mieux à la fin de celle-ci.

UL - Vous faites beaucoup de coaching et de conférences sur l'importance du leadership, mais comme vous savez, nous vivons une véritable crise financière. Que conseillez-vous aux entreprises qui disent ne pas vouloir investir dans le développement des talents et le leadership, faute d'argent ?

SB - Ma réponse est basée sur des statistiques. Je connais une femme qui étudie la question depuis 15 ans déjà. Elle a découvert que les entreprises qui investissent constamment dans le leadership, que ce soit des programmes ou autres méthodes, et qui sont dévouées au développement de la relève, s'en tirent mieux lors des moments difficiles comme ceux-ci. Même que les organisations qui sont perçues comme ayant des pratiques efficaces en gestion de capital humain ont un meilleur rendement sur la bourse S&P 500 que les autres. Mais je suis réaliste, je sais que toutes les entreprises souffrent d'une manière ou d'une autre, mais certaines en souffrent moins à cause de leurs efforts.

UL - Mais à court terme, il y a des entreprises qui ne sont tout simplement pas capables d'avancer les fonds...

SB - Lorsque les entreprises sont sous pression financière, elles arrêtent souvent les activités de développement de leaders. Cela coupe les coûts à court terme, mais à long terme, elles sont désavantagées, car ces entreprises ne sont pas aussi prêtes lorsque les marchés reprennent le dessus. Ce que je trouve intéressant dans cette crise est que nous allons voir une des deux situations suivantes : soit l'entreprise va faire plus qu'elle croyait possible et qu'elle en sortira gagnante ou soit qu'elle ne pourra jamais se relever.

La suite de cette entrevue se retrouve dans le journal Les Affaires du 28 mars 2009.

Profil de l'entreprise

Nom : The Ken Blanchard Companies

Employés : 350

Fondation : 1979 par Ken et Marjorie Blanchard

Siège social : San Diego, Californie

 

À la une

Trois stratégies pour rendre son commerce plus attrayant

Édition du 22 Mai 2024 | Jean-François Venne

COMMERCE DE DÉTAIL. Voici trois commerces qui ont élaborer de nouvelles stratégies pour se démarquer.

La main-d'œuvre reste un défi pour les détaillants

Édition du 22 Mai 2024 | Jean-François Venne

COMMERCE DE DÉTAIL. Plus d'un poste vacant sur dix au Québec se trouve dans le secteur du commerce de détail.

Des clients avides de rabais

Édition du 22 Mai 2024 | Jean-François Venne

COMMERCE DE DÉTAIL. Les détaillants doivent s'ajuster aux nouvelles attentes des consommateurs.