Movin'On 2019: l'écosystème de la mobilité verte et intelligente «passe par la finance»

Publié le 06/06/2019 à 17:09

Movin'On 2019: l'écosystème de la mobilité verte et intelligente «passe par la finance»

Publié le 06/06/2019 à 17:09

Par Siham Lebiad

Sophie Javary, vice-présidente de la banque française BNP Paribas, lors d’une conférence à Movin'On (Photo: Facebook)

La transition écologique s’organise et les banques tiennent à la mener. C’est l’idée qui a été martelée par les dirigeants de l’industrie de la finance, lors du sommet mondial de la mobilité durable Movin'On qui s’est tenu à Montréal du 4 au 6 juin. 

«Aucun organisme ne peut opérer le changement [écologique] seul […]. Les banques ont une opportunité claire de montrer l’exemple», a insisté Sophie Javary, vice-présidente de la banque française BNP Paribas, lors d’une conférence mercredi. 

Mme Javary considère que les défis principaux seront de créer un système «transparent» qui «inspire la confiance». Elle souhaite que les banques orientent davantage les consommateurs vers des changements dans leurs habitudes. 

Elle a aussi insisté sur le fait que les autorités doivent changer les lois, afin de permettre l’émergence de nouveaux modèles d’affaires, plus axés sur cette fameuse transition verte. 

Des instruments financiers... et écologiques 

Concrètement, que font les banques? Des participants à la conférence organisée par C2 et Michelin ont évoqué les différents instruments disponibles sur les marchés pour financer les développements industriels et technologiques orientés vers l’amélioration de l’environnement. 

Un de ces instruments est le «Green Bond», qui, comme son nom l’indique, est une obligation – émise par des organisations ou des entités gouvernementales –, et qui a pour but de financer des projets de transition écologique. 

Selon des estimations de Moody’s, ces obligations représenteront un marché de 200 G$ US en 2019. Les résultats du premier trimestre de l’année (47,2 G$ US d’obligations émises) confirment les prédictions de l’évaluateur. 

Le mot d’ordre du sommet: «écosystème»

Si la révolution environnementale ne peut pas se passer des banques, ces dernières doivent compter sur le soutien des gouvernements. 

La majorité des conférenciers s’accordait sur le fait qu’une mobilité intelligente et «verte» passe par une collaboration entre tous les agents économiques. 

Les différents entrepreneurs lancent un appel unanime aux législateurs, afin de redéfinir les lois régissant les industries susceptibles de participer à la transition écologique. 

Pour BNP Paribas, les gouvernements doivent trouver des moyens de travailler avec les banques dans le cadre de l’accord de la COP21. 

Un de ces moyens serait la création d’avantages exclusifs aux banques qui imposent le respect des critères définis par l’accord de Paris comme un prérequis à l’investissement et à la mobilisation de capitaux. 

Les entreprises «polluantes» redéfinissent leur statut 

La transition écologique mondiale a forcé l’adaptation de plusieurs entreprises qui veulent se défaire de leur réputation «anti-environnementale». 

Total, une des plus grandes entreprises pétrolières et gazières du monde, essaie de gommer ce titre difficile à porter de nos jours. «Nous ne nous considérons plus comme une entreprise pétrolière, mais plutôt comme une entreprise d’énergie», a déclaré Philippe Montantême, vice-président marketing de Total, lors d’une conférence du sommet mercredi. 

BMW était représentée au sommet par Ursula Mathar, vice-présidente du groupe, qui a affirmé que l’entreprise «passait de producteur de voitures à entreprise de mobilité». 

Les entreprises impliquées dans les énergies fossiles visent un changement d’image qui passe par un changement d’association à leurs pratiques. 

L’œuf ou la poule? 

«Qui des entreprises ou des gouvernements devraient faire le premier pas vers cette nouvelle mobilité?» Cette question était sur toutes les lèvres, le but étant de définir la façon dont s’organisera le déploiement des nouveaux modes de mobilité. 

«Par définition, les villes sont locales et les entreprises sont internationales […] le plus grand défi sera de voir comment on peut aller d’une vision mondiale pour agir localement», a affirmé Miguel Gaspar, adjoint du maire de la ville de Lisbonne, au Portugal. 

«Les deux partenaires devront s’éloigner des solutions qu’ils ont déjà développées pour arriver à une solution commune», dit Mme Mathar.

À suivre dans cette section


image

Expérience

Jeudi 20 février


image

DevOps - Québec

Mercredi 26 février


image

Usine 4.0 – Québec

Mercredi 18 mars


image

Expérience citoyen

Mercredi 01 avril


image

Objectif Nord

Mardi 07 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 22 avril


image

CONNEXION

Jeudi 07 mai


image

Gestion agile

Mercredi 27 mai

Sur le même sujet

Lettre ouverte au ministre des Finances du Québec

Édition du 12 Février 2020 | Jean-Paul Gagné

CHRONIQUE. Monsieur le ministre, permettez à l'humble citoyen que je suis d'ajouter certaines idées à votre réflexion.

Que faire du Fonds des générations lorsque sa mission sera accomplie?

Le Fonds des générations atteindra ses objectifs plus rapidement que prévu. Voici à quoi il pourrait servir:

À la une

Dollarama perd 4%, voici pourquoi

Il y a 19 minutes | Dominique Beauchamp

Les appels de la part de clients inquiets mettent un analyste sur deux pistes.

Bombardier recule en Bourse après la vente de sa division ferroviaire à Alstom

L’annonce d’une transaction avec Alstom marquait la fin du redressement de Bombardier entamé il y a cinq ans.

Train: une coalition d’entreprises demande à Ottawa de régler la crise

Une vingtaine de grandes entreprises dont ArcelorMittal, J.D. Irving et Maple Leaf pâtissent du blocage ferroviaire.