«L'entrepreneuriat n'est pas un caprice, c'est une nécessité» - Lucien Bouchard, président du conseil d'administration de la Fondation Montréal inc.

Offert par Les Affaires


Édition du 01 Novembre 2014

«L'entrepreneuriat n'est pas un caprice, c'est une nécessité» - Lucien Bouchard, président du conseil d'administration de la Fondation Montréal inc.

Offert par Les Affaires


Édition du 01 Novembre 2014

Par Martin Jolicoeur

Lucien Bouchard, président du conseil d'administration de la Fondation Montréal inc. [Photo: Jérôme Lavallée]

Si le Québec souhaite continuer de progresser tout en conservant le maximum de ses acquis, les Québécois n'ont guère le choix, insiste Lucien Bouchard. Ils doivent, sans tarder, prendre le relais de l'État et se tourner massivement vers l'entrepreneuriat.


Dans une rare entrevue, celui qui a récemment été nommé président du conseil de la Fondation Montréal inc. est sorti de son habituelle réserve pour faire part à Les Affaires de l'importance, particulièrement en cette période de réalignement budgétaire, de faire renaître la ferveur entrepreneuriale chez les Québécois.


«L'entrepreneuriat n'est pas seulement un caprice pour nous. C'est devenu une nécessité. Et c'est une nécessité pour chacun de l'encourager», a martelé l'ancien premier ministre du Québec au cours d'un long entretien, au 26e étage d'une tour de l'avenue McGill College, où se trouvent les bureaux montréalais du cabinet d'avocats Davies Ward Phillips & Vineberg, dont il est associé.


Le contexte actuel, marqué par «une économie stagnante et des finances publiques qui limitent l'intervention de l'État», rend on ne peut plus difficile l'enrichissement du patrimoine des Québécois, pense-t-il. Dans un tel contexte, «les jeunes n'ont d'autres choix que de se fier à eux-mêmes, leurs talents et leur désir de créer [...] et d'envisager sérieusement, poursuit-il, la voie de l'entrepreneurship.»


Lucien Bouchard a accepté, en juin, de présider le conseil d'administration de la Fondation Montréal inc., un organisme à but non lucratif anciennement connu sous le nom de Fondation du maire de Montréal pour la jeunesse, dont l'objectif est d'aider au démarrage d'entreprises de jeunes Montréalais de 18 à 35 ans. Bon an mal an, la Fondation attribue des bourses de 5 000 $ à 30 000 $ à une trentaine d'entrepreneurs en démarrage, pour un total de 500 000 $.


Ce nouvel engagement pour la cause de l'entrepreneuriat, Lucien Bouchard dit l'aborder comme un «devoir civique». Une façon, explique-t-il, «d'apporter [sa] pierre à la construction d'un Québec qui espère offrir un avenir exaltant pour ses enfants, la jeune génération».



image

Gestion agile

Mercredi 08 mai


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

Sur le même sujet

Jacynthe René: un nouveau rôle qui a changé sa vie

Édition de Avril 2019 | Claudine Hébert

La comédienne Jacynthe René n'attend plus que les maisons de production lui confient des rôles pour gagner sa vie. ...

À la une: notre spécial transformation numérique

Édition du 20 Avril 2019 | Les Affaires

En manchette cette semaine, notre spécial transformation numérique.

À la une

Du numérique à la brique: le virage de BonLook

24/04/2019 | Catherine Charron

Découvrez pourquoi l'entreprise a décidé d'ouvrir plus d'une trentaine de points de vente physiques.

Du numérique à la brique: la transition de Frank and Oak

17/04/2019 | Catherine Charron

Voici pourquoi l'entreprise a pris la décision d'ouvrir des points de vente physiques.

Le taux directeur demeure inchangé à 1,75%

Mis à jour le 24/04/2019 | La Presse Canadienne

Sa révision à la baisse de la croissance fait suite au brusque ralentissement de l’économie canadienne à la fin de 2018.