De bonne source: Stéphanie Lepage

Offert par Les Affaires


Édition du 09 Novembre 2019

De bonne source: Stéphanie Lepage

Offert par Les Affaires


Édition du 09 Novembre 2019

Par Les Affaires

(Photo: courtoisie)

Stéphanie Lepage
Directrice, Marketing et communications, Palais des congrès de Montréal

Stéphanie Lepage a plus de 15 ans d'expérience en relations publi-ques. Elle était responsable des communications marketing chez SNC-Lavalin. Elle a occupé des postes de gestion en communications marketing et relations médias chez Aéroports de Montréal. Mme Lepage est la première Canadienne à avoir obtenu une accréditation internationale en gestion aéroportuaire, Airport Council International. Elle est diplômée de l'École des sciences de la gestion (ESG UQAM) et de l'Université McGill.

Ça bouge dans votre industrie ? 
Écrivez-nous à debonnesource@tc.tc

Sur le même sujet

Le plan de match de Dany St-Onge: Minimal veut brasser plus d’affaires, sans péter de la broue

Édition du 22 Septembre 2021 | Catherine Charron

Dany St-Onge a de grandes ambitions pour l’agence de marketing numérique Minimal. Ce dernier souhaite bien ...

Nouvelles recrues: Elizabeth Henry

Édition du 22 Septembre 2021 | Les Affaires

Elizabeth Henry a cumulé près de 20 ans d’expérience en marketing numérique et relationnel, dont une dizaine d’années...

OPINION Nouvelles recrues: Frédéric Beauvais
Édition du 22 Septembre 2021 | Les Affaires
Nouvelles recrues: Peter Sandke
Édition du 22 Septembre 2021 | Les Affaires
Nouvelles recrues: Souad Elmallem
Édition du 22 Septembre 2021 | Les Affaires

À la une

Bourse: Wall Street termine sur une note contrastée, après une semaine agitée

Mis à jour à 17:08 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto clôture en baisse pour une 3e semaine consécutive.

À surveiller: BlackBerry, Apple et Tourmaline

Voici quelques recommandations d’analystes susceptibles de faire bouger les cours prochainement.

Bourse: partie remise pour la Longueuilloise KDC/One?

ANALYSE. Michael Salzillo cite la «volatilité» des marchés pour expliquer sa marche arrière.