Perte monstre de 9,6 milliards pour GM

Publié le 26/02/2009 à 00:00

Perte monstre de 9,6 milliards pour GM

Publié le 26/02/2009 à 00:00

Par La Presse Canadienne
Pour le quatrième trimestre de l'exercice précédent, le plus important constructeur automobile américain avait subi une perte de 722 millions $ US. Pour l'ensemble de 2007, la perte nette de General Motors avait été de 38,7 milliards $ US.

L'entreprise a dû, en outre, sacrifier 6,2 milliards $ US en liquidités durant les trois derniers de 2008 pour affronter la récession économique et le fort déclin de ses ventes de véhicules.

Les revenus de la compagnie ont aussi diminué de façon marquée. Pour le dernier trimestre de l'exercice, ils ont reculé de 16,0 milliards $ US pour s'établir à 30,8 milliards $ US, alors que pour l'exercice dans son ensemble, ils sont passés de 180 milliards $ US à 149 milliards $ US, soit une baisse de 31 milliards $ US.

GM a reçu 13,4 milliards $ US sous forme de prêts fédéraux depuis le 31 décembre dernier, et souhaite obtenir une nouvelle rallonge de 30 milliards $ US pour éviter la faillite. Ses principaux dirigeants se trouvaient jeudi à Washington pour tenter de convaincre l'administration américaine de débloquer ces fonds.

Dans un communiqué, le grand patron de GM, Rick Wagoner, a affirmé que 2008 a été une année extrêmement difficile pour les marchés automobiles américain et mondiaux, particulièrement le second semestre. Il a ajouté que ces conditions ont créé un environnement très délicat pour GM et d'autres constructeurs, forçant la compagnie à prendre de nouvelles mesures agressives et difficiles pour se restructurer.

GM a présenté la semaine dernière au département du Trésor un plan prévoyant la fermeture de cinq nouvelles usines aux Etats-Unis, et la suppression de 47 000 emplois dans le monde.

À la une

Se dire les vraies affaires avec courage et respect

Malgré les désaccords, il est important de continuer d’échanger pour éviter des conflits plus profonds.

Ne mettons pas trop vite la «réduflation» au pilori

EXPERTE INVITÉE. Si elle est controversée, la réduction des volumes tout en maintenant les prix est parfois nécessaire.

Le Canada ouvrira-t-il la porte à la «banque ouverte»?

En théorie, les systèmes bancaires ouverts sont favorables aux consommateurs et aux investisseurs.