Rio Tinto Alcan inaugure l'AP60

Publié le 16/01/2014 à 15:42

Rio Tinto Alcan inaugure l'AP60

Publié le 16/01/2014 à 15:42

Par Suzanne Dansereau

La technologie la plus moderne au monde en matière de production d'aluminium vient d’être inaugurée au Saguenay Lac St-Jean. Mise au point en France, la technologie AP60 de l’usine d’électrolyse Arvida, à Jonquière, permet d’augmenter de 40% la production d’aluminium par cuve.

« Nous entamons une nouvelle ère technologique », a déclaré Jacynthe Côté, cheffe de la direction de Rio Tinto Alcan (RTA), lors de la cérémonie d’inauguration officielle de la nouvelle technologie, à laquelle assistaient plusieurs dignitaires dont la première ministre du Québec Pauline Marois.

Cet investissement de 1,3 G$ s’ajoute à d’autres investissements qu’a fait RTA au Canada : 3,3 G$ pour agrandir le complexe de Kitimat en Colombie-Britannique qui sera prêt d’ici la fin de 2014 et 300 M$ dans son réseau hydro-électrique québécois.

Mais là s’arrêtent les expansions de RTA. « Nous n’ajouterons pas de nouvelles capacités de production jusqu’à ce que la situation revienne à un niveau normal » a déclaré Mme Côté aux AFFAIRES.COM en parlant de la faiblesse du prix de l’aluminium. Deux nouvelles phases sont prévues à l’AP60 mais elles sont sur la glace.

La première coulée d'aluminium produite grâce à la technologie AP-60 au complexe Jonquière a été réalisée au début de septembre. L'usine a produit 9000 tonnes d'aluminium en 2013.

 

À la une

Les chefs de parti donnent un dernier coup à la veille du scrutin

Mis à jour à 18:20 | La Presse Canadienne

Plusieurs chefs se sont rendus dans des circonscriptions où se déroulent des luttes serrées à la veille du scrutin.

Questions des entrepreneurs, réponses des partis: la relève manufacturière

Édition du 21 Septembre 2022 | Catherine Charron

La question de François-Xavier Tétreault, cofondateur des équipements Ostrya.

Questions des entrepreneurs, réponses des partis: la transition énergétique

Édition du 21 Septembre 2022 | François Normand

La question de Patrick Decostre, président et chef de la direction de Boralex.