Immobilier: ralentissement à Montréal

Publié le 07/07/2011 à 10:39, mis à jour le 07/07/2011 à 10:46

Immobilier: ralentissement à Montréal

Publié le 07/07/2011 à 10:39, mis à jour le 07/07/2011 à 10:46

Photo: LesAffaires.com

Signe d’un ralentissement du marché immobilier à Montréal, le nombre de propriétés vendues a commencé à baisser ce printemps, alors que l’inventaire de maisons à vendre a continué lui de croître de manière importante.

C’est en outre ce que l’on peut tirer du dernier rapport de Royal Lepage sur l’état de l’immobilier à Montréal, une région où les prix de l’habitation continue étrangement de croître.

De fait, par rapport à l’année dernière, le nombre de maisons vendues a baissé de 5,8% à Montréal, alors que le nombre de propriétés actuellement en vente connaît une hausse de 14,8% par rapport à l’année dernière.

De tels facteurs engendrent normalement un relâchement des prix, reconnaît Dominic St-Pierre, directeur des Services immobiliers Royal LePage dans la région du Québec. Mais ce dernier explique que Montréal semble encore profiter de

la forte hausse des prix de l'année dernière, une situation qu’il juge «très surprenante».

À tel point que sans prévoir une baisse du prix des propriétés à court terme, Royal Lepage prévoit tout de même une «hausse des prix moins agressive pour le deuxième semestre de l'année 2011». Le nombre d'unités vendues devrait aussi baisser durant la deuxième moitié de l’année, de l’ordre de 5,5% par rapport au niveau des transactions de 2010. 

Baisse des ventes de 12%

Au dernier trimestre, le prix moyen d’une «maison standard à deux étages» a atteint 379 529 $, une augmentation de 7,1%, tandis que le prix moyen d'un «appartement standard» en copropriété, s’est élevé à 227 722 $, en hausse de 1,9%.

Le «condo standard» est le seul type de propriété ayant connu une hausse du nombre de ventes par rapport à l'année dernière. Les maisons de plain-pied et les «maisons standards à deux étages» ont pour leur part connu une chute du nombre d'unités vendues, respectivement de l'ordre de 4% et 12%.

Royal Lepage relativise cette dernière donnée en précisant qu’à la même période l'année dernière, «le marché immobilier était exceptionnel» en raison notamment de la reprise économique et des prévisions qui annonçaient une hausse potentielle des taux d'intérêt au cours de l'été.

 

À la une

Dette et déficit du fédéral: on respire par le nez!

19/04/2024 | François Normand

ANALYSE. Malgré des chiffres relativement élevés, le Canada affiche le meilleur bilan financier des pays du G7.

Budget fédéral 2024: «c'est peut-être un mal pour un bien»

19/04/2024 | Philippe Leblanc

EXPERT INVITÉ. Les nouvelles règles ne changent pas selon moi l'attrait des actions à long terme.

Multiplier la déduction pour gain en capital, c'est possible?

19/04/2024 | WelcomeSpaces.io

LE COURRIER DE SÉRAFIN. Quelle est l'avantage de cette stratégie?