Fini, les baux de longue durée

Publié le 21/11/2009 à 00:00

Fini, les baux de longue durée

Publié le 21/11/2009 à 00:00

Par Suzanne Dansereau

Crise économique oblige, les entreprises sont nombreuses à revoir leurs dépenses afin de réaliser des économies, notamment celles liées à l'immobilier, le deuxième poste de dépenses en importance. C'est pourquoi le bureau à la carte et le bureau virtuel gagnent en popularité. Regus, leader mondial dans l'offre de locaux à la carte, a vu la demande pratiquement doubler depuis la récession.

Ce groupe britannique compte pas moins de 1 000 centres d'affaires, répartis dans 400 villes et 50 pays. Il met à disposition, pour des durées très variables, espaces de travail, bureaux, salles de réunion, studios de vidéoconférence, et toute une gamme de produits et de services aux entreprises.

Le bureau virtuel fournit avant tout à son utilisateur une adresse prestigieuse, un service de réception téléphonique et de courrier. Quant au bureau à la carte, il donne l'accès à un bureau fermé ou à une salle de réunion avec tous les services (café, téléphone, Internet, etc.) pour une période variable : trois heures, un jour, une semaine...

En juillet 2008, Regus a lancé Business World, un forfait permettant à ses abonnés d'avoir accès à un bureau à la carte n'importe où dans le monde (ou presque) pour moins de 30 $ US par jour. En un an, le nombre d'abonnés est passé de 155 000 à 240 000. L'entreprise compte plusieurs centres d'affaires au Canada, dont un à Montréal, situé au 1000 De La Gauchetière, où Yahoo envoie ses employés. Les PME et les travailleurs autonomes constituent également une clientèle en croissance.

À la une

Il faut concentrer les investissements en R-D, dit le Conseil de l’innovation du Québec

24/04/2024 | Emmanuel Martinez

L’État devrait davantage concentrer les investissements en R-D dans certains secteurs, selon le Conseil de l’innovation.

Repreneuriat: des employés au rendez-vous

23/04/2024 | Emmanuel Martinez

REPRENEURIAT. Le taux de survie des coopératives est bien meilleur que celui des entreprises privées.

De nouvelles règles fiscales favorisent le repreneuriat familial

Édition du 10 Avril 2024 | Emmanuel Martinez

REPRENEURIAT. Elles devraient stimuler le transfert d'entreprise à des proches.