60 secondes avec: Simon Brault, président du Conseil des Arts du Canada


Édition du 19 Juillet 2014

60 secondes avec: Simon Brault, président du Conseil des Arts du Canada


Édition du 19 Juillet 2014

Par Suzanne Dansereau

Simon Brault, président du Conseil des Arts du Canada [Photo: Maxime Côté]

Vous venez de prendre la tête du Conseil des arts du Canada. Quelles sont vos priorités ?

Le mandat du Conseil des arts du Canada est double : soutenir la création et favoriser l'appréciation des arts par les Canadiens. La première partie est la plus connue, mais je veux mettre l'accent sur la deuxième : favoriser l'appréciation des arts. Cela ne veut pas dire d'arrêter de soutenir la création - je ne crois pas au développement par la soustraction -, mais on n'a peut-être pas besoin d'un autre Shakespeare in the Park, alors qu'il faut soutenir davantage les arts émergents. La population change et les technologies aussi. Par ailleurs, nous sommes en situation de surproduction culturelle par rapport à l'appétit du public. Beaucoup d'institutions culturelles sont au bord du gouffre. Elles devront revoir leur programmation et leurs stratégies de marketing pour tenir compte de ces changements. Nous voulons les aider à faire les deux et à renouveler ainsi leurs publics.

Quelles sont les nouvelles tendances auxquelles le Conseil va prêter attention ?

La création en arts médiatiques, par exemple. De plus en plus, dans les immeubles, on trouve des écrans interactifs. Est-ce qu'il y a de l'art créé pour ce nouveau support ? A-t-on commandé des oeuvres ? En soutenant cette nouvelle discipline, nous favorisons aussi l'appréciation des arts par les Canadiens. Dans le cadre de notre mandat, nous devrons convaincre le gouvernement fédéral de réinvestir dans le soutien aux arts, non seulement pour ses retombées économiques, mais pour ses bienfaits sociaux et communautaires. Le Conseil va mesurer ces impacts, les expliquer et mieux les communiquer. Il faut également revoir la façon de produire et de livrer les arts. Avant, on commençait par soutenir une troupe de théâtre, ensuite on finançait la construction de son théâtre. Aujourd'hui, le temps est à la consolidation. J'aime l'exemple des Écuries, à Montréal, un lieu où 13 compagnies de théâtre se sont unies pour diffuser leurs oeuvres en misant sur de nouvelles approches. Je crois qu'à l'avenir, le Conseil des arts va financer davantage des projets nouveaux que des compagnies nouvelles.

Avez-vous un message particulier à livrer au milieu des affaires ?

Oui ! Le Conseil des arts dispose d'une banque d'oeuvres d'art qui sont mises à la disposition du public et des entreprises. Pour une bouchée de pain, vous pouvez louer des oeuvres et les afficher dans vos bureaux. C'est un trésor sous-utilisé qui améliore la qualité de la vie. Pourquoi ne pas s'en servir ?

***********************************

180: Budget, en millions de dollars, du Conseil des arts du Canada en 2013.

CV: Simon Brault, président du Conseil des arts du Canada

À la tête du Conseil des arts depuis le 26 juin, Simon Brault dirige une équipe de 240 employés à Ottawa. Il a une formation d'avocat et de comptable et oeuvre dans l'industrie de la culture depuis plus de 30 ans. Il a dirigé l'École nationale de théâtre et Culture Montréal. Il a aussi été administrateur du Conseil des arts du Canada pendant 10 ans. Il est l'auteur de Le Facteur C, un ouvrage sur l'industrie de la culture.

À la une

Lightspeed affiche une perte de 814,8 M$ US, plombé par une charge non récurrente

Il y a 4 minutes | La Presse Canadienne

La société montréalaise a précisé que sa perte par action avait atteint 5,39 $US pour le trimestre clos le 31 décembre.

À surveiller: CGI, Canadien Pacifique et Stingray

Que faire avec les titres CGI, Canadien Pacifique et Stingray? Voici quelques recommandations d’analystes.

Meta bondit de 24% à Wall Street au lendemain de ses résultats

Il y a 14 minutes | AFP

Vers 10h35 l’action du groupe dirigé par Mark Zuckerberg montait de 24% à 189,75 $US.