Le ministre Girard reste sur sa faim à propos d'un budget fédéral «dépensier»

Publié le 17/04/2024 à 11:13

Le ministre Girard reste sur sa faim à propos d'un budget fédéral «dépensier»

Publié le 17/04/2024 à 11:13

Par La Presse Canadienne

Eric Girard a reconnu certains points positifs pour le Québec. (Photo: La Presse Canadienne)

Le ministre québécois des Finances, Eric Girard, est resté sur sa faim à propos du budget fédéral déposé mardi, qu’il juge dépensier, mais trop peu généreux pour le Québec sur plusieurs plans.

En mêlée de presse mercredi matin, au lendemain de la présentation du budget par son homologue fédérale Chrystia Freeland, Eric Girard a reconnu certains points positifs pour le Québec, notamment sur les investissements en intelligence artificielle.

Il est toutefois passé rapidement aux critiques: selon lui, il s’agit d’un budget dépensier, ce qui est une «erreur» dans le contexte actuel, où on espère une baisse des taux d’intérêt.

Et malgré ces nombreuses dépenses, dit-il, le Québec n’obtient pas assez, notamment pour le transport en commun et les demandeurs d’asile.

Sur l’enjeu primordial du logement, selon lui, les sommes ne sont pas assez importantes «pour faire une différence».

En déposant son budget de 535 milliards de dollars (G$), mardi, le gouvernement Trudeau a fait valoir qu’il visait à rétablir l’équité économique pour les Canadiens de la génération Y et de la génération Z. Le budget engage 11,5 G$ de nouvelles dépenses cette année et 53 G$ au cours des cinq prochaines années.

Ottawa paiera une partie des nouvelles dépenses grâce à une croissance économique meilleure que prévu, mais aussi avec des changements ciblés à l’impôt sur les gains en capital qui devraient rapporter plus de 19 G$ au cours des cinq prochaines années. Ottawa a annoncé qu’au-delà du seuil de 250 000 $, les deux tiers des gains en capital seront imposés, plutôt que la moitié.

Sur ce dernier point, Eric Girard a dit que le gouvernement avait des vérifications à faire pour déterminer si le Québec s’harmonisera à cette mesure.

«On veut vérifier les calculs», a-t-il expliqué. 

«Est-ce qu’il y a une opportunité économique pour nous, est−ce que c’est possible que d’être une juridiction avec un gain de capital moins élevé, ça amènerait, ça attirerait des investissements des entreprises? Faut bien analyser ça.»

 

Sur le même sujet

Les tours de vis à appliquer aux locations Airbnb

08/05/2024 | Jean Sasseville

EXPERT INVITÉ. La collaboration, les outils technologiques et la réglementation ont tous besoin de tours de vis.

Budget fédéral: des investissements nécessaires pour les Premières Nations

03/05/2024 | Ken Rock

Le dernier budget fédéral permettra de réduire les problèmes de logements et d’infrastructures des Autochtones.

À la une

OBNL: le sentiment d’imposture bien plus présent chez les femmes que les hommes

28/05/2024 | Emmanuel Martinez

Le sentiment d’imposture est plus présent chez les femmes que chez les hommes qui siègent sur les CA d’OBNL québécoises.

Adaptation au climat: les entreprises doivent se préparer au pire

28/05/2024 | François Normand

Le Groupe d’experts en adaptation aux changements climatiques (GEA) a publié un rapport crucial pour le Québec.

Climat: le GEA recommande de la «cohérence gouvernementale»

Mis à jour le 28/05/2024 | La Presse Canadienne

Les membres du GEA ont publié une liste de 20 recommandations, soutenues par plus de 90 moyens.