Un hiver à oublier pour Transat A.T.

Publié le 09/06/2016 à 11:38

Un hiver à oublier pour Transat A.T.

Publié le 09/06/2016 à 11:38

Par La Presse Canadienne

(Photo: LesAffaires.com)

Transat A.T. (Tor., TRZ) a vécu un «hiver à oublier» au deuxième trimestre, quand une série d'éléments, dont les craintes suscitées par le virus Zika, ont miné les résultats de sa saison hivernale.

Le voyagiste québécois a affiché jeudi une perte nette de 25 millions $, ou 68 cents par action, au deuxième trimestre, alors qu'il avait engrangé des profits de 24,7 millions $, ou 64 cents par action, il y a un an.

Ses revenus ont progressé de 1,5%, à 888,2 millions $, mais les coûts de la société ont avancé à un rythme plus rapide au cours de la période de trois mois terminée le 30 avril dernier.

En excluant les éléments non récurrents, la perte ajustée de l'exploitant du transporteur aérien Air Transat a bondi de 77%, à 11,9 millions $, ou 32 cents par action.

Outre les craintes entourant le Zika, Transat A.T. a souffert de la baisse du dollar canadien, du ralentissement de la demande dans l'Ouest canadien ainsi que de la menace d'une grève de ses pilotes, a expliqué son président et chef de la direction, Jean-Marc Eustache. 

Malgré la baisse des prix du carburant, l'entreprise a vu les coûts de ses forfaits vers les destinations soleil grimper de 25 millions $ en raison de la baisse du huard.

«Pour ce qui est des destinations soleil, c'est un hiver à oublier», a souligné M. Eustache.

«Quant à l'été, la hausse abrupte de 15% de la capacité sur le marché transatlantique affecte les prix et les taux de remplissage, a-t-il ajouté. La demande est relativement ferme, mais elle n'augmente pas à ce rythme. Nous anticipons des résultats inférieurs à ceux des étés records que nous avons connus ces dernières années.»

Les analystes sondés par Thomson Reuters tablaient sur des revenus d'environ 1 milliard $ ainsi que sur une perte ajustée de 39 cents par action.

À la une

Le Québec Inc. sous-estime le potentiel de l’Italie

Le nouveau président de la Chambre de commerce italienne au Canada veut «approfondir» la relation Québec-Italie.

Rentables, les fonds de travailleurs?

EXPERT INVITÉ. Les fonds de travailleurs représentent assurément une option pertinente, voici pourquoi:

Canada: les villes veulent 7 G$ pour des logements abordables

Les maires de villes au Québec espèrent, du même coup, plus de flexibilité dans le processus.