Groupe maritime Verreault : contre vents et marées


Édition du 09 Mars 2016

Redoutable femme d'affaires, la Gaspésienne Denise Verreault pilote depuis 33 ans le chantier naval fondé en 1956 par son père, le capitaine Borromée Verreault, à Les Méchins, dans le Bas-Saint-Laurent. Aujourd'hui, le Groupe maritime Verreault est à un tournant de son histoire, car il s'apprête à s'attaquer au marché international des grands navires.


«Quand on n'avance pas, on recule !» lance la patronne du Groupe maritime Verreault. Et Denise Verreault ne se contente pas d'avancer ; elle veut faire faire un bond de géant à son chantier naval pour lui permettre d'accueillir la quasi-totalité des gros bateaux naviguant dans l'Atlantique Nord. Une stratégie qui doublerait sa taille en plus de propulser le groupe parmi les grands chantiers navals de l'est du Canada.


Ce projet est à l'image de cette femme d'affaires gaspésienne bien connue du Québec inc. : très ambitieux. L'entreprise veut investir 50 millions de dollars - 14 M$ ont déjà été dépensés - pour doubler d'ici trois ans la capacité de sa cale sèche, qui figure déjà parmi les plus importantes de la côte est canadienne. Les travaux à Les Méchins devraient débuter à la fin de 2016.


Pour poursuivre votre lecture, vous devez être abonné(e)

Vous n’êtes pas abonné(e) Les Affaires

S'abonner maintenant


Sur le même sujet

Davie: livraison dans les temps du brise-glace à la Garde côtière

Le chantier maritime a, en outre, obtenu 90 millions $ supplémentaires pour d’autres travaux.

Chantier Davie décroche le plus gros contrat fédéral de son histoire

« C’est enfin la stabilité », a réagi le porte-parole de l’entreprise, Frédérik Boisvert.

À la une

Metro prend le plein contrôle de Première Moisson

25/04/2019 | Martin Jolicoeur

Après les Coutu, au tour de la famille Colpron-Fiset de céder les rênes de Première Moisson.

Dans la classe moyenne? Voici pourquoi tu t'appauvris

25/04/2019 | François Normand

BALADO - La classe moyenne a glissé de 64 à 61% de la population de l'OCDE depuis 40 ans. Au Canada, c'est 58%.

Débat: les sables bitumineux, un investissement vert?

25/04/2019 | Diane Bérard

BLOGUE. Le panel «L'avenir de la finance durable au Canada» a soulevé plusieurs questions. Je les dépose pour réflexion.