Transat pourrait profiter des malheurs de Thomas Cook

Publié le 22/11/2011 à 14:35, mis à jour le 22/11/2011 à 15:01

Transat pourrait profiter des malheurs de Thomas Cook

Publié le 22/11/2011 à 14:35, mis à jour le 22/11/2011 à 15:01

Par Stéphane Rolland

Les malheurs du voyagiste Thomas Cook, qui s’effondre à la Bourse de Londres, feront-ils le bonheur de Transat à la Bourse de Toronto? Benoit Poirier, analyste de Valeurs mobilières Desjardins, croit que oui.

Le titre de l'entreprise britannique a terminé la séance de mardi en retrait de 75%. Autrement dit, le trois quarts de sa valeur boursière s’est évaporée en une journée.

PLUS :Bourse: Thomas Cook perd 75% en une journée

Le deuxième plus important voyagiste au monde négocie avec ses créanciers afin de trouver un nouvel arrangement alors qu’il observe une détérioration de ses activités commerciales. Il a aussi repoussé la date de publication de ses résultats trimestriels.

Et Transat?

Thomas Cook est un concurrent de Transat dans deux marchés, note M. Poirier, qui réitère une recommandation «conserver – risque supérieur à la moyenne» et un cours cible de 7$. Près de 10% des revenus de Transat proviennent du Royaume-Uni et Thomas Cook est le principal concurrent au pays de Sa Majesté. La société britannique est également propriétaire du voyagiste canadien Sunquest vacations, qui possède 10% du marché des destinations ensoleillées.

L’analyste doute de l’engagement à long terme de Thomas Cook envers le marché canadien des vacances. Une sortie de ce marché serait un évènement positif pour la rentabilité de Transat, spécule M. Poirier.

Le contexte laisse-t-il à penser que Transat est fragile, elle aussi? M. Poirer croit que la situation financière du voyagiste est plus solide que celle de Thomas Cook. La société montréalaise entre cependant dans une période où ses liquidités sont plus faibles. Il sera plus facile de déterminer l’état de sa situation financière lors des périodes traditionnellement plus fastes. L’analyste anticipe une légère amélioration en 2012.

L’action de Transat ne devrait pas réagir immédiatement au déclin de Thomas Cook. Les investisseurs devraient rester en retrait avant d’avoir plus de détails sur les prévisions de la société montréalaise, prévisions qui devraient être formulées à la mi-décembre.

Vers 14h30, l’action de Transat fond de 4,66% à 6,55$. L’action enregistre ainsi une dépréciation de 67% depuis son sommet de 12 mois à 19,90$ le 7 janvier.

 

 

 

À suivre dans cette section


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre

Sur le même sujet

Expérience client: huit jours aux Îles

BLOGUE INVITÉ. Avec une population de 12 000 habitants, recevoir 70 000 visiteurs annuellement n’est pas sans défi.

Le Groupe Germain veut ouvrir encore dix nouveaux hôtels

19/04/2019 | Martin Jolicoeur

Le Groupe Germain Hôtels veut compter une trentaine d'établissements hôteliers d'ici cinq ans.

À la une

Agriculture urbaine: des melons d'Oka à l'ancien hippodrome

BLOGUE. Urbanisme transitoire: cet été, il poussera des melons d'Oka sur le terrain vacant de l'Hippodrome Blue Bonnets.

À surveiller: Dorel, Stantec et Bank of America

Que faire avec les titres de Dorel, Stantec et Bank of America?

Bourse: le temps de miser sur les banques américaines?

14/06/2019 | Denis Lalonde

BALADO GESTIONNAIRES EN ACTION. Les banques américaines se négocient à des ratios très intéressants, dit François Rochon