Rivière-du-Loup est prête pour accueillir encore plus de visite !

Publié le 16/02/2013 à 00:00, mis à jour le 14/02/2013 à 15:52

Rivière-du-Loup est prête pour accueillir encore plus de visite !

Publié le 16/02/2013 à 00:00, mis à jour le 14/02/2013 à 15:52

Par Claudine Hébert

Propriétaire de l'Hôtel Universel, Gilles Lortie a injecté plus de 16 M$ dans son établissement depuis sept ans. [Photo : Benoit Lepage]

Les planificateurs d'événements majeurs n'ont pas fini de se faire courtiser par Rivière-du-Loup. La ville bas-laurentienne veut devenir une destination de premier choix pour les événements et congrès de 500 à 1 000 participants. Et c'est bien parti.

«L'année 2012 vient de passer à l'histoire. La ville a accueilli 37 congrès et événements de 50 nuitées et plus, dont 10 réunissaient plus de 500 personnes. Du jamais vu», rapporte Monique Dionne, directrice générale de l'Office du tourisme de Rivière-du-Loup.

Cette affluence record pour les congrès et les événements s'est traduite par un total de 16 023 nuitées - le double du nombre de nuitées enregistrées en 2011. Le tout a généré plus de 7 millions de dollars en retombées économiques pour la ville.

Comment Rivière-du-Loup a-t-elle réussi ce tour de force ? En démontrant son accessibilité. Elle est en effet desservie par trois importants axes routiers. Son plus grand atout : l'autoroute 20 qui la relie, en quatre voies continues, au reste de la province depuis 1973.

À cela s'ajoute un tout nouveau quai de traversier construit au coût de 22 M$. Cette infrastructure pourrait éventuellement permettre l'ouverture du traversier à l'année. La liaison Saint-Siméon-Rivière-du-Loup reste pour l'instant fermée de janvier à la fin de mars.

Et le troisième axe ? D'ici 2018, Rivière-du-Loup sera reliée au Nouveau-Brunswick par une autoroute à quatre voies (autoroute 85). Un autre marché de congrès à développer.

Le facteur distance avec les grands centres constitue, à première vue, un obstacle pour les planificateurs. «Notre plus grand défi est de les convaincre d'effectuer au moins une première visite de repérage. Dès cette importante étape franchie, la plupart des planificateurs signent, conquis par le charme du trajet panoramique le long du fleuve», rapporte Monique Dionne.

Pour favoriser les visites de familiarisation et la promotion de la destination, la ville a fait un geste concret : elle a augmenté de 15 000 $ la subvention qu'elle accorde à l'Office du tourisme de Rivière-du-Loup, pour la porter à 40 000 $.

Des investissements de 30 M$

En plus de mettre en valeur son accessibilité et sa proximité avec le fleuve, Rivière-du-Loup connaît un boom hôtelier sans précédent. Depuis 2006, les hôtels de la ville ont investi plus de 30 M$ - dont 17 M$ au cours de la dernière année - pour ajuster leurs produits et services.

Résultat, plus de 60 % des 1 344 chambres du parc louperivois comptent au minimum trois étoiles. Et 500 d'entre elles en affichent même quatre. Lors d'une visite des lieux en janvier, Les Affaires a pu constater que toutes ces chambres se trouvent dans un rayon de 7 km, à moins de dix minutes de voiture.

L'Hôtel Universel prêt pour les grands congrès

L'Hôtel Universel vole aisément la vedette. Le propriétaire, Gilles Lortie, a injecté plus de 16 M$ dans son établissement au cours des sept dernières années. Collé à la sortie 503 de l'autoroute 20, l'hôtel inaugure ces jours-ci 50 nouvelles chambres qui portent à 220 son nombre d'unités.

«Cet ajout était nécessaire. L'an dernier, faute de chambres, nous avons dû refuser cinq gros congrès représentant au moins 200 nuitées par soir, soit une perte nette annuelle d'au moins 3 000 nuitées», rapporte Gilles Lortie, qui ne ferme pas la porte à d'autres investissements si la demande est au rendez-vous.

L'établissement, qui s'est doté d'un spa nordique extérieur, peut aussi compter sur une vaste superficie de congrès totalisant plus de 29 200 pieds carrés depuis d'importantes rénovations en 2010. Un autre élément essentiel pour cibler les événements de plus de 500 délégués.

«La plupart des congrès associatifs jumellent maintenant à leur événement un salon d'exposants afin de rentabiliser les coûts de l'organisation. Par conséquent, il nous fallait une deuxième grande salle d'au moins 6 000 pieds carrés», explique l'hôtelier. En 2012, son établissement a accueilli pas moins de 20 événements de plus de 200 personnes, dont deux de plus de 500 délégués.

Nouvelle jeunesse pour l'Hôtel Lévesque

Autre investissement majeur en ville, la réfection complète de l'Hôtel Lévesque. L'établissement, qui célèbre cette année ses 50 ans, a bien failli céder sa place à des dizaines de copropriétés. Il s'est plutôt refait une beauté au coût de 8 M$. Des 113 nouvelles chambres pourvues d'un décor moderne et d'une vaste fenêtre du plancher au plafond, la moitié offre une vue complète ou partielle sur le fleuve. Il en va de même pour le restaurant, les quatre nouvelles salles de réunion et le spa nordique intérieur. «Un atout majeur pour approcher les organisateurs de voyages de motivation», indique Pierre Bélanger, directeur commercial de l'Hôtel Lévesque. La revitalisation de cette institution hôtelière de 4 étoiles permet de rehausser, à la fois en nombre et en qualité, le parc hôtelier de Rivière-du-Loup. Sans ce «nouvel» acteur d'envergure, le Syndicat des Métallos n'y aurait jamais tenu son 48e rendez-vous annuel, réunissant 400 délégués, en novembre dernier. Pour l'organisation, il s'agissait d'ailleurs d'un premier congrès hors des grands centres que sont Montréal, Québec ou Laval.

Des planificateurs satisfaits

«En plus de 15 ans d'expérience, je n'ai jamais vu un tel service dévoué. Même les délégués commerciaux nous ont aidés à décharger notre équipement», raconte, ébahie, Diane Sainte-Marie, organisatrice de l'événement.

Même coup de foudre de la part de l'Association québécoise pour la maîtrise de l'énergie, qui débarquera pour la première fois en mai à Rivière-du-Loup, avec plus de 500 délégués. «Tout le monde participe. Même le maire de Rivière-du-Loup agira à titre de président lors du congrès. De plus, ça sent le neuf partout. Dans les chambres, dans les salles et jusque dans les salles de bains !» s'exclame Valérie Bongain, responsable des événements à l'AQME.

Saison prolongée pour l'Auberge de la Pointe

Cette effervescence favorise aussi la participation des hébergements de villégiature. L'Auberge de la Pointe, qui avait l'habitude d'ouvrir ses portes exprès pour les vacanciers de la saison estivale, accueille les visiteurs du 1er mai au 15 octobre. Cela permet à l'établissement de 117 chambres de venir prêter main-forte à Rivière-du-Loup lors des importants mois de congrès (mai, juin, septembre et octobre). «L'auberge peut même entamer sa saison à la fin d'avril pour accueillir de gros événements», note Charles Labrecque, directeur des opérations de l'Auberge.

L'établissement flirte également avec les événements de tailles petite et moyenne. L'auberge affiche déjà complet de la fin de mai jusqu'à la mi-juin pour la tenue de congrès provinciaux de 50 à 200 personnes. Des retombées directement liées aux investissements de 2,5 M $ dont l'auberge a fait l'objet depuis cinq ans : nouvelle salle panoramique avec vue sur le fleuve, revitalisation des 117 chambres équipées de téléviseurs à écran plat... Ce printemps, ce sera l'inauguration d'une immense terrasse surplombant le fleuve et pouvant accueillir 400 personnes en cocktail.

L'Auberge du Portage vise les petites réunions

Le centre de villégiature Auberge du Portage, reconnu à l'échelle de la province pour ses soins santé, veut également participer à l'épanouissement du marché congrès louperivois.

L'auberge, qui compte presque autant de chambres (50) que de salles de soins (38), espère accueillir une vingtaine de petits événements de 4 à 70 personnes : réunions de cadres, conseils d'administration, voyages de motivation et ateliers de formation, selon le directeur des lieux, Alexandre Defoy.

Pour ce faire, on a injecté près de 2 M$ depuis deux ans pour moderniser le décor des chambres, équipées d'un accès Wi-Fi. La réfection de la verrière qui surplombe le fleuve, figure, elle aussi, au nombre des améliorations réalisées. Et bonne nouvelle pour les congressistes-curistes : l'établissement prolonge dorénavant sa saison en ouvrant dès la mi-avril et en fermant à la mi-novembre.

16 023 Nombre record de nuitées générées par les congrès et événements en 2012 à Rivière-du-Loup.

À la une

L’État reprend (enfin) sa place dans l’économie

27/02/2021 | François Normand

ANALYSE — La crise a discrédité le discours des partisans du laissez-faire et du néolibéralisme tous azimuts.

Comprendre l'impact d'une hausse des taux d'intérêt

26/02/2021 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. L’évaluation de tout actif financier est tributaire des taux d'intérêt.

Le G20 relance le chantier d'une taxation des géants du numérique

26/02/2021 | AFP

Washington renonce à une condition posée fin 2019 par l’administration Trump.