La Cour suprême entendra un appel de Churchill Falls contre Hydro Québec

Publié le 20/04/2017 à 11:10

La Cour suprême entendra un appel de Churchill Falls contre Hydro Québec

Publié le 20/04/2017 à 11:10

Par La Presse Canadienne

La Cour suprême du Canada tranchera le litige qui oppose Churchill Falls Corporation Limited à Hydro-Québec.


Le plus haut tribunal du pays a annoncé, jeudi matin, qu'il se penchera sur la cause que la compagnie du Labrador avait perdue en Cour supérieure, puis en Cour d'appel du Québec. 


Churchill Falls veut revoir un contrat signé en 1969 et qui établissait, jusqu'en 2034, le prix de l'électricité produite par une centrale hydroélectrique qui allait être construite sur le fleuve Churchill au Labrador.


En 2010, Churchill Falls Corporation Limited s'est adressé aux tribunaux pour se plaindre que la valeur actuelle de l'électricité était imprévisible en 1969 et que le contrat signé, donc, est injuste.


Les arguments n'ont pas convaincu la Cour supérieure du Québec, ni la Cour d'appel qui, en août 2016, donnait encore raison à Hydro-Québec.


Devant les tribunaux inférieurs, Hydro-Québec a plaidé que l'entente était valide étant donné qu'elle avait assumé tous les coûts et les risques associés au projet au moment de la signature du contrat.


Nalcor Energy, la compagnie d'électricité terre-neuvienne, estimait plutôt que le contexte initial du contrat a été rompu par des "événements imprévisibles" ayant transformé le marché de l'énergie, ce qui obligerait Hydro-Québec à revoir les termes initiaux de l'entente.


Dans le jugement de l'été 2016, les cinq juges de la Cour d'appel ont écrit que Nalcor Energy tente de "redéfinir l'équilibre initial" conclu entre les parties.


«La preuve non contredite a établi que les parties savaient que la valeur de l'énergie hydroélectrique était susceptible de fluctuer et qu'elles ont volontairement convenu de prix fixes pour l'énergie», peut-on lire dans la décision de 61 pages.


La Cour d'appel a estimé que le principe général de "bonne foi" du Code civil n'est "d'aucun secours" à Churchill Falls, précisant que le contrat demeurait "rentable" pour la province.


En 2010, la province de l'Atlantique estimait que cette entente lui avait permis d'empocher seulement 1 milliard $, comparativement à 22 milliards $ pour l'État québécois.


Cette querelle sera maintenant jugée par la Cour suprême du Canada qui ne donne jamais de raison pour expliquer ses décisions d'entendre ou non un appel.


 


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

Sur le même sujet

Stella-Jones : le prix du bois lui joue des tours

Les analystes misent sur le rebond du fournisseur de traverses, de poteaux et de bois résidentiel dès 2019.

Transition énergétique : prêt, pas prêt, on la fait ?

BLOGUE. D’ici 2030, le gouvernement du Québec vise à réduire de 40 % la consommation de ...

OPINION Transport électrique: le Québec bien placé pour en profiter
Édition du 16 Juin 2018 | Simon Lord
Le transport électrique au-delà de la voiture
Édition du 16 Juin 2018 | Simon Lord
Le pari du transport électrique de la Norvège
Édition du 16 Juin 2018 | Agnès Villette

À la une

Bourse: les gagnants et perdants de la semaine

22/03/2019 | Martin Jolicoeur

BILAN. Quels sont les titres qui ont le plus marqué l'actualité boursière de la dernière semaine?

La marge de sécurité: un concept intemporel

BLOGUE INVITÉ. La «marge de sécurité». Les 3 mots les plus importants dans l'investissement, selon Warren Buffett.

Six manières de réduire vos erreurs d'investissement

22/03/2019 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. C'est simple, moins vous avez à prendre de décisions, moins vous commettez d'erreurs.