Paradise Papers : après la boue


Édition du 25 Novembre 2017

Encore une fois, les médias s'en sont donné à coeur joie. Après les Panama Papers, les Paradise Papers confirment ce que tout le monde sait depuis longtemps : les riches et les multinationales se servent de juridictions accommodantes pour faire de l'«optimisation fiscale». ...

Pour poursuivre votre lecture, vous devez être abonné(e)

Vous n’êtes pas abonné(e) Les Affaires

S'abonner maintenant


Sur le même sujet

Le G20 veut adapter ses politiques aux avancées technologiques

«Cela pourrait être la plus grande réforme du cadre établi depuis plus de 100 ans.»

Le fédéral a commencé à payer des informateurs sur l'évasion fiscale

Cette pratique a permis jusqu'à présent de recouvrer plus de 19 millions $ en taxes et impôts.

À la une

Le G7 Finances fait un pas vers la taxation des géants du numérique

18/07/2019 | AFP

Le G7 s’est aussi entendu sur « pour instaurer une taxation minimale à l’impôt sur les sociétés ».

FaceApp aspire vos données, mais ce n'est pas la seule

18/07/2019 | AFP

Outre le fait que la société est russe, sont en cause les conditions générales d’utilisation.

États-Unis: mises en garde sur la populaire application russe FaceApp

18/07/2019 | AFP

Un sénateur appelle la police à enquêter sur les «risques pour la sécurité nationale et la vie privée».