IQ ne doit pas devenir un concurrent, prévient le Fonds de solidarité FTQ

Publié le 02/10/2019 à 12:28

IQ ne doit pas devenir un concurrent, prévient le Fonds de solidarité FTQ

Publié le 02/10/2019 à 12:28

Par La Presse Canadienne
Le président du Fonds de solidarité FTQ, Gaétan Morin

Le président du Fonds de solidarité FTQ, Gaétan Morin (Photo: Jérôme Lavallée)

Dans sa nouvelle mouture, Investissement Québec (IQ) doit s’assurer que son mandat ne concurrence pas les autres joueurs économiques et financiers déjà présents dans la province, prévient le Fonds de solidarité FTQ.

S’il est favorable au projet de loi 27 visant à réformer le bras financier de l’État québécois, le fonds de travailleurs a néanmoins estimé, mercredi, que malgré la bonne volonté, la collaboration n’était pas toujours au rendez-vous.

Devant la commission de l’économie et du travail, à l’Assemblée nationale, le président et chef de la direction de l’organisation, Gaétan Morin, a présenté huit recommandations, notamment afin d’assurer une meilleure « complémentarité ».

Le Fonds suggère notamment la mise en place d’un comité-conseil formé de représentants du milieu financier québécois, qui serait représenté au conseil d’IQ, et estime que la société d’État devrait se tourner davantage vers les « investissements risqués », où il y a certaines carences.

Dans le cadre de sa mission, le fonds de travailleurs offre du financement aux compagnies, surtout des petites et moyennes entreprises, notamment sous forme de prêt ou de capital-actions, ce qu’offre aussi IQ.

Le Fonds avait déjà plaidé pour une collaboration étroite dans la foulée de la fusion entre IQ et la Société générale de financement, en 2011. Cela n’a toutefois pas toujours été le cas, notamment en ce qui a trait aux prêts.

Au fil des années, l’organisation souligne, dans son mémoire, avoir constaté qu’IQ offrait des taux d’intérêt « bien en deçà des taux du marché ou que les pratiques d’affaires n’étaient pas en phase avec un esprit de saine collaboration ».

Le gouvernement Legault avait déjà donné plus de moyens à IQ dans le budget déposé en mars, avec la bonification de sa capitalisation à hauteur de 1 milliard $ et la création d’une enveloppe de 1 milliard $ pour appuyer les sociétés québécoises et protéger les sièges sociaux.

Québec aimerait que la société d’État parvienne à doubler les investissements étrangers, qui sont d’environ 3,5 milliards $ par année, en cinq ans, et à donner un élan aux exportations. La taille d’IQ devrait doubler, accaparant des ressources actuellement éparpillées dans l’appareil gouvernemental, comme les bureaux régionaux du ministère de l’Économie. La mise sur pied d’un segment international est aussi prévue.


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Gestion de la formation

Mardi 03 décembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Sommet Énergie

Mardi 21 janvier


image

Santé psychologique

Mercredi 22 janvier


image

Marketing personnalisé

Mercredi 05 février


image

Forum Contrats publics

Mardi 11 février


image

Expérience

Jeudi 20 février


image

DevOps - Québec

Mercredi 26 février


image

Usine 4.0 - Québec

Mercredi 18 mars

À la une

Barack Obama a raison: nous vivons à une belle époque

15/11/2019 | François Normand

ANALYSE - La perception est forte que nous vivons des heures sombres. Or, c'est faux, si l'on analyse l'histoire.

À surveiller: les titres qui ont retenu votre attention

16/11/2019 | lesaffaires.com

(Re)voici quelques recommandations qui pourraient influencer les cours prochainement.

10 choses à savoir cette fin de semaine

16/11/2019 | Alain McKenna

Des failles dans des guichets automatiques au Canada permettraient de voler vos infos bancaires.