Groupe TMX: Jacques Parizeau veut des garanties

Publié le 25/11/2011 à 14:37, mis à jour le 25/11/2011 à 15:03

Groupe TMX: Jacques Parizeau veut des garanties

Publié le 25/11/2011 à 14:37, mis à jour le 25/11/2011 à 15:03

Par La Presse Canadienne

L'ex-premier ministre du Québec Jacques Parizeau estime que l'Autorité des marchés financiers (AMF) de la province devrait imposer certaines conditions à l'offre de 3,8 milliards $ qu'a présenté le Groupe Maple pour faire l'acquisition de la Bourse de Toronto.

M. Parizeau a fait valoir vendredi que l'entente devait assurer à Montréal de demeurer le centre du commerce des produits dérivés au pays.

Depuis que le Groupe TMX l'exploitant de la Bourse de Toronto a pris le contrôle de la Bourse de Montréal pour 1,3 milliard $ en 2007, celle-ci a cessé de transiger des actions pour se concentrer sur les contrats à terme et autres produits dérivés, un marché profitable et en croissance rapide.

Depuis ce temps, la Bourse de Montréal a fait croître rapidement ses activités et a connu une expansion aux États-Unis par l'entremise de sa participation majoritaire dans la Boston Options Exchange (BOX).

L'AMF a le pouvoir d'opposer son veto à la transaction de 3,8 milliards $, qui accorderait la propriété des parquets canadiens à un groupe de banques et d'autres institutions financières.

M. Parizeau a déclaré, à Montréal, dans le cadre des audiences publiques de l'AMF sur l'acquisition projetée par le groupe Maple, que l'organisme de régulation devrait exercer son pouvoir pour s'assurer que Montréal ne devienne pas une coquille pour les produits dérivés.

L'ancien ministre des Finances du Québec a dit craindre que la croissance du commerce des dérivés soit freinée par ce changement de garde.

M. Parizeau a pris la parole en tant que membre d'une délégation du Mouvement d'éducation et de défense des actionnaires (MÉDAC). Le MÉDAC ne s'oppose pas à la transaction, mais craint qu'elle puisse affaiblir le Québec.

À la une

Crise des finances publiques? Quelle crise?

30/05/2020 | François Normand

ANALYSE - Quand il y a des crises graves, les gouvernements haussent les impôts. C'est la leçon du 20e siècle.

Il y a toujours des raisons de garder espoir

BLOGUE. La Bourse s'offre un deuxième mois fort rentable grâce aux largesses monétaires.Les indicateurs se contredisent.

Santé publique: une gouvernance de broche à foin

29/05/2020 | Jean-Paul Gagné

BLOGUE. On nous a présenté Horacio Arruda comme étant l’autorité de la Santé publique au Québec. Or, il n'en est rien.