Pourquoi Innergex mise de plus en plus sur le stockage d'énergie aux États-Unis

Publié le 22/09/2020 à 11:56

Pourquoi Innergex mise de plus en plus sur le stockage d'énergie aux États-Unis

Publié le 22/09/2020 à 11:56

Par François Normand

«Ces contrats combinant production et stockage d’énergie représentent pour nous une prise d’expertise dans ce domaine», souligne le patron d’Innergex. (source photo : 123RF)

Le producteur québécois d’énergie renouvelable Innergex (INE, 23,55$) n’a pas seulement signé deux nouveaux contrats d’approvisionnement d’électricité la semaine dernière à Hawaï. Il y peaufine aussi sa stratégie pour offrir à terme de l’énergie et du stockage aux distributeurs d’électricité dans l’ensemble des États-Unis et ailleurs dans le monde.

En entrevue avec Les Affaires, le PDG de la PME de Longueuil, Michel Letellier, explique que les quatre contrats d’énergie solaire à long terme signés depuis 2019 à Hawaï (incluant les deux contrats annoncés la semaine dernière) constituent en quelque sorte une stratégie des premiers pas dans ce créneau d’avenir.

«Ces contrats combinant production et stockage d’énergie représentent pour nous une prise d’expertise dans ce domaine», souligne le patron d’Innergex, qui produit de l’électricité verte à partir de sources d'origine hydraulique, éolienne et solaire, et ce, au Canada, au Chili, en France et aux États-Unis.

Ces projets conclus avec Hawaiian Electric —l'équivalent d'Hydro-Québec— totalisent une puissance en énergie de 80 mégawatts et 320 MWh de stockage: les deux premiers blocs d'énergie seront mis en service en 2022 (45 MW d'énergie et 180 MWh de stockage), tandis que le second bloc sera opérationnel en 2023 (35 MW d'énergie et 140 MWh de stockage).

 

L’unique marché combinant production et stockage d’énergie

Hawaï est actuellement le seul marché où Innergex à des projets énergétiques comprenant une portion de stockage, à l’exception d’un petit projet en France où la société ne fournit que la solution de stockage —elle ne produit pas d’électricité sur ce site.

La solution de mix énergétique (énergie et stockage) s’impose par elle-même dans cet État insulaire. En 2019, le gouvernement a adopté une loi qui oblige l’État à consommer 100% d’énergie renouvelable en 2045, qui proviendra essentiellement de sources d'origine solaire et éolienne, sans parler de la géothermie.

En l’absence de barrages permettant de stocker l’énergie comme au Québec et du renoncement graduel aux énergies fossiles, Hawaiian Electric a donc impérativement besoin de solutions de stockage quand il n’y a pas de vent et soleil (durant la soirée et la nuit).

L’expertise qu’Innergex développe dans cet État l’aidera à mieux se positionner dans l’ensemble du marché américain, où les solutions de stockage y sont de plus en demande, à commencer par la Californie.

 

La Californie manque de capacités de stockage

Cet État —qui veut aussi consommer 100% d’électricité renouvelable en 2045— est confronté à des pannes de courant (qui touchent une petite partie du territoire durant quelques heures), car le boom dans les énergies vertes ces dernières années n’a pas été accompagné de capacités suffisantes de stockage d’énergie.

Le 14 août, la California Independent System Operator (CalISO), l'entité responsable de gérer environ 80% du réseau électrique californien, a même dû ordonner des pannes de courant pour la première fois en 19 ans.

En fait, la CalISO craignait que l'offre ne soit pas en mesure de répondre à la demande, souligne le magazine Forbes, affirmant que l’État doit absolument avoir des sources d’énergie d’appoint, en l’occurrence des centrales au gaz naturel, pour stabiliser le réseau.

C’est effectivement une solution, mais à moyen terme puisque la Californie veut consommer 100% d’électricité verte en 2045.

C’est pourquoi la solution de mix énergétique renouvelable proposée par des entreprises comme Innergex est intéressante aussi pour la Californie, où la PME québécoise y d’ailleurs un bureau, à San Diego.

Même si Innergex exploite un parc de production totalisant 1368,3 MW aux États-Unis (des projets solaires et éoliens, à l’exception d’une centrale hydroélectrique), la société n’y produit pas encore d’énergie.

Michel Letellier confirme en revanche que ce marché est sur son écran radar, même si la compétition du gaz naturel y est féroce. «On pourra s’y implanter si on peut trouver une manière rentable de produire et de stocker l’énergie», dit-il.

À ses yeux, le partenariat avec Hydro-Québec aidera grandement Innergex à développer une offre compétitive et fiable, deux facteurs clés dans le secteur énergétique.

En février, la société d’État a investi 661 millions de dollars sous la forme d’un placement privé dans l’entreprise de Longueuil, et ce, afin d’investir conjointement dans des projets d’énergie verte dans le monde, notamment aux États-Unis.

Concrètement, Innergex et Hydro-Québec chercheront à réaliser notamment des projets éoliens et solaires comprenant du stockage par batteries, comme à Hawaï.

 

À suivre dans cette section

Sur le même sujet

Loop rejette les allégations d'une firme critiquant sa technologie

15/10/2020 | François Normand

Intéressée par la technologie, Danone procédera à «une enquête interne ainsi qu’aux vérifications nécessaires».

Voulons-nous vraiment vivre dans ce monde?

18/09/2020 | François Normand

ANALYSE - Cessons d'écouter ceux qui disent que le développement durable mine l'économie, car c'est faux: il la stimule.

À la une

Commerce: Biden maintiendra la pression sur la Chine

23/10/2020 | François Normand

Les républicains ont une perception plus négative à l'égard de la Chine, mais elle progresse aussi chez les démocrates.

Une bulle technologique dans le S&P500? (la suite)

23/10/2020 | Ian Gascon

BLOGUE INTIVÉ. Les titres technologiques méritent-ils des évaluations aussi élevées?

Si ça semble trop beau pour être vrai…

23/10/2020 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. Les rendements élevés viennent obligatoirement avec des risques élevés.