Champion Iron peut résister à une chute des prix du fer

Publié le 26/12/2017 à 11:35

Champion Iron peut résister à une chute des prix du fer

Publié le 26/12/2017 à 11:35

Par François Normand

Crédit photo (123RF)

Le producteur de concentré de fer québécois a une structure de coûts compétitive. Voici comment il peut résister à une tempête.

Même si les prix du fer devaient chuter, Champion Iron Limited (CIA, 1,27$) a les reins assez solides pour absorber le choc, alors que son usine de concentré de fer du lac Bloom, sur la Côte-Nord, entrera en production en mars.

Le 19 décembre, le prix du fer s’établissait à 70$US la tonne. Or, même si le cours descendait à 60$US dans les prochaines années (comme le prévoit du reste la Banque Scotia), la mine de fer du lac Bloom serait encore rentable.

«À 60$US la tonne, nous serions encore très confortables», affirme au bout du fil David Cataford, vice-président ingénierie chez Champion.

En février 2017, l’étude de faisabilité du projet a montré que le coût de production de la mine s’élève à 44,62$ (34,77$US). Or, à un prix de 70$US la tonne, Champion dispose d’une marge de manœuvre importante.

Par contre, si la tonne de fer descendait à 50$US, la minière devrait ajuster sa structure de coûts, admet David Cataford.

Par contre, le fait que Champion produise un concentré avec une teneur en fer de 66% lui procure un avantage, car les acheteurs sur le marché sont prêts à payer une prime pour ce produit de plus grande qualité.

Un projet de 350 millions de dollars

La relance de l’ancienne mine de Cliffs ressources naturelles est un projet évalué à 350 millions de dollars, qui est entièrement financé. La structure en capital comprend 272,7 M$ de dette et 77,3 M$ en équité.

Le gouvernement du Québec est l’un des actionnaires du projet.

À son apogée, la mine produira 7,5 millions de tonnes de concentré de fer par année.

Près de la moitié de la production (3 millions de tonnes) sera exportée au Japon. C’est la maison de commerce nippone Sojitz qui importera le fer sur le marché japonais.

Le reste de la production (4,5 millions de tonnes) sera exporté en Chine et en Europe. La multinationale anglo-suisse Glencore expédiera le minerai sur ces deux marchés.

Champion n’exclut pas non plus d’exporter une jour une partie de sa production à Taïwan et en Corée du Sud si la demande est au rendez-vous.

L’évolution du taux de change canado-américain est favorable à Champion. Depuis 5 ans, le huard a perdu près de 25% de sa valeur pour atteindre 0,77$CA.

 

Sur le même sujet

La paralysie de la traverse Matane Baie Comeau Godbout plombe l'économie locale

«Ça coûte plus cher, c'est plus de trouble, mais c'est comme ça que la STQ s'en est toujours sortie.»

OPINION

À la une

Commerce en Asie: ne misons pas tout sur la Chine

07/12/2019 | François Normand

ANALYSE - Exporter, c’est un peu comme investir à la Bourse : il ne faut pas tout mettre ses œufs dans le même panier.

Michel Letellier, ancré dans la collectivité

Édition du 07 Décembre 2019 | François Normand

PDG DE L’ANNÉE – MOYENNE ENTREPRISE. Michel Letellier est assez unique au Québec.

Voici de quoi sont faits les PDG de l'année «Les Affaires»

04/12/2019 | Catherine Charron

BALADO. Prenez des notes. Qui sait, ça pourrait être vous l'an prochain...