Une équipe à l'interne ou à l'externe?

Publié le 14/04/2011 à 00:00, mis à jour le 14/04/2011 à 09:54

Une équipe à l'interne ou à l'externe?

Publié le 14/04/2011 à 00:00, mis à jour le 14/04/2011 à 09:54

Par Marie-Eve Fournier

Question relations publiques, chez Cascades, on préfère en faire le plus possible au siège social. En 2004, on a même créé un poste de vice-président responsable des communications et des affaires publiques qui siège au comité exécutif.

Cette fonction, occupée par Hubert Bolduc, est encore peu répandue dans les entreprises, mais elle gagne en popularité. « Nous sommes de plus en plus nombreux. Car les entreprises constatent que la fonction est de plus en plus importante. C’est surtout vrai dans le domaine de l’énergie, mais ce l’est aussi dans tous les secteurs où tes projets nécessitent l’acceptation de la communauté. »

Hubert Bolduc raconte qu’il est entré en fonction au moment où la hausse du dollar canadien et du prix de la fibre avaient des impacts majeurs sur l’entreprise de Kingsey Falls, dans le Centre-du-Québec. « C’était un contexte de rationalisation. C’était la première fois, ou presque, que Cascades s’apprêtait à fermer des usines. Il y avait beaucoup de communications à faire, tant à l’interne qu’à l’externe. »

L’équipe des communications du fabricant de papier compte douze personnes, qui gèrent d’innombrables appels de journalistes, 2000 demandes de dons et commandites par année, les relations avec le milieu scolaire, les ONG, le gouvernement et les communautés (élus, chambres de commerce). « En faisant tout à l’interne, tu perds moins de temps à expliquer ton entreprise à un consultant, tu économises et la vitesse d’exécution est rapide », soutient Hubert Bolduc.

En temps de crise, il est plus efficace d’avoir des spécialistes à l’interne, ajoute Guy Versailles, porte-parole de la Société québécoise des professionnels en relations publiques (SQPRP). « Le temps que le consultant arrive, qu’il comprenne la situation, il peut être trop tard. L’entreprise risque d’être dépassée par la crise. À l’heure du Web, chaque minute compte. Et les médias sont toujours dans l’urgence. »

Prendre du recul

Mais tous ne sont pas de cet avis. « Les gens à l’interne te disent ce que tu veux entendre. Nous, on est sévère. On donne l’heure juste », réplique Serge Paquette, associé chez National. Il ajoute qu’un grand cabinet comme le sien peut aussi offrir un large éventail d’expertises pour tous les besoins.

Le « recul »est un autre grand avantage de confier ses relations publiques à l’externe, croit Denise Deveau, une relationniste pigiste qui travaille pour le compte de Couche-Tard depuis six ans. « Je suis froide dans les dossiers. Je ne suis pas influencée par les conversations dans les couloirs », relate-t-elle.

Mais pour donner des entrevues aux médias, National encourage les entreprises à se doter d’un porte-parole à l’interne. Les gens préfèrent entendre « des décideurs », des dirigeants qui se trouvent au cœur de l’action, mais dans l’art de l’entrevue, comme dans toute chose, il faut s’exercer pour devenir bon. Et tous les pdg ne se sentent pas capables d’affronter les questions corsées d’un Paul Arcand, d’où l’importance de suivre une formation.

Tout dépend du volume de travail

De son côté, le fabriquant des soutiens-gorge Wonderbra et Playtex, HBI Canada, a opté pour l’externe, car il n’a pas assez de travail de relations publiques pour occuper quelqu’un à temps plein. C’est d’ailleurs l’argument utilisé le plus fréquemment par les petites entreprises ou celles qui œuvrent dans des secteurs où ça ne brasse pas beaucoup.

« Une entreprise qui a un volume d’affaires régulier a avantage à embaucher à l’interne, car cette personne va bien connaître les dossiers », conclut Guy Versailles, de la SQPRP.


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Gestion de la formation

Mardi 03 décembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Sommet Énergie

Mardi 21 janvier


image

Santé psychologique

Mercredi 22 janvier


image

Marketing personnalisé

Mercredi 05 février


image

Forum Contrats publics

Mardi 11 février


image

DevOps - Québec

Mercredi 26 février


image

Usine 4.0 - Québec

Mercredi 18 mars

À la une

Les 300 plus importantes PME du Québec en 2019

Édition du 26 Octobre 2019 | Emanuelle René de Cotret

Le classement annuel des 300 plus importantes PME du Québec

300 joyaux qui brillent au Québec

Édition du 26 Octobre 2019 | Marine Thomas

L'ÉDITO. Elles sont innovantes, dynamiques et ambitieuses. Elles, ce sont les PME québécoises. Contribuant à la...

Rogers rate la cible au 3e trimestre et abaisse ses prévisions

Mis à jour le 23/10/2019 | La Presse Canadienne

Rogers Communications a réduit ses prévisions de revenus pour 2019.