Immobilier: le début d'une tendance baissière?

Publié le 09/10/2018 à 14:57

Immobilier: le début d'une tendance baissière?

Publié le 09/10/2018 à 14:57

123.RF

Bulletin Les Affaires- JLR. L'analyse de l'activité immobilière de septembre 2018 fait état de la plus faible augmentation des ventes cumulatives depuis trois ans au Québec et d'un recul notable des ventes de résidences en septembre. 


Après des années de croissance ininterrompue, est-ce que septembre marquera le début d'une longue période de déclin dans le secteur l'immobilier résidentiel au Québec?



 


Tendances provinciales – septembre 2018


Selon les actes publiés au Registre foncier du Québec et colligés par JLR (incluant les ventes par courtier, entre particuliers et les constructions neuves), 80 308 maisons unifamiliales ont été vendues au cours des 12 derniers mois. Il s’agit d’une croissance de 3% comparativement aux 12 mois antérieurs, la plus faible augmentation des trois catégories de bâtiments résidentiels étudiées dans ce bulletin.


Le mois de septembre 2018 fait exception à la tendance haussière observée puisque le nombre de transactions a chuté de 6% en comparaison au mois de septembre 2017. Pour l’instant, cette baisse est uniquement ponctuelle et il est beaucoup trop tôt pour conclure à un inversement de la tendance.


Enfin, entre les mois d’octobre 2017 et septembre 2018, le prix de vente médian des maisons unifamiliales s’est établi à 247 000$, en hausse de 3% par rapport à la période précédente. Plus particulièrement pour le mois de septembre 2018, en comparaison avec septembre 2017, le prix de vente médian a augmenté de 2%.


Ventes de copropriétés au Québec


Le marché de la copropriété continue d’être dynamique dans la province. Les 33 258 transactions enregistrées au cours des 12 derniers mois représentent une hausse de 10% des ventes relativement aux 12 mois précédents. Il s’agit de la plus forte augmentation parmi les trois catégories de bâtiments étudiées. Le mois de septembre ne fait pas exception à cette tendance à la hausse puisqu’on note une augmentation des ventes de 2% par rapport au même mois l’année précédente.


En ce qui concerne le prix médian, il s’est fixé à 245 000$ pour les mois d’octobre 2017 à septembre 2018, une augmentation de 2% par rapport à la période antérieure. Cette hausse est similaire à celle observée en comparant le mois septembre 2018 à celui septembre 2017.


L’indice d’accessibilité à la propriété (AP)


L’indice AP, estimé et présenté par JLR, mesure l’accessibilité à la propriété au Québec. En septembre 2018, sa valeur se trouvait à 95,7, une chute de 6,3% par rapport à septembre 2017. La tendance générale montre que l’accessibilité à la propriété se détériore depuis plusieurs mois. L’augmentation du prix de vente médian des maisons unifamiliales et la hausse des taux d’intérêt, combinées à des salaires médians qui tardent à croître malgré la pénurie de main-d’œuvre, contribuent à provoquer ces baisses successives de l’indice d’AP.


L’indice est basé sur le ratio salaire hebdomadaire (Statistique Canada)/paiement hypothécaire « type » rapporté en un indice base 100 (janvier 2010=100).


Tendances par ville


Au cours des douze derniers mois, le prix médian des maisons unifamiliales a augmenté dans l’ensemble des villes analysées. La plus forte augmentation a été enregistrée à Dollard-des-Ormeaux. En effet, dans cette ville, les maisons unifamiliales se sont vendues à un prix médian de 433 500$, en hausse de 10% par rapport aux 12 mois précédents. La ville de Brossard n’est pas loin derrière avec une hausse de 9% comparativement à la période couvrant les mois d’octobre 2016 à septembre 2017.


Selon la Fédération des chambres immobilières du Québec (FCIQ), le délai de revente moyen pour les propriétés unifamiliales à Brossard se trouvait sous la barre des 70 jours au cours des derniers trimestres. Cette situation pourrait expliquer l’augmentation des prix observée dans cette ville.


En ce qui concerne le nombre de maisons unifamiliales transigées au cours des 12 derniers mois, une baisse ou une stagnation du nombre de transactions a été observée dans 5 des 25 municipalités analysées.


Du côté des copropriétés, les variations observées en ce qui a trait au prix médian dans la majorité des municipalités analysées n’ont jamais dépassé, ou du moins à peine plus dans le cas de Longueuil, le taux d’inflation enregistré de 2,2% au Québec entre août 2017 et août 2018. En terme réel, une variation sous l’inflation représente une diminution des prix.


Enfin, le nombre de ventes a largement augmenté dans les villes étudiées. Des six villes analysées, quarte ont subi des hausses au-dessus de la barre des 10% : Montréal (11%), Longueuil (14%), Gatineau (16%) et Brossard (27%). Cette situation laisse supposer qu’il y a eu une forte demande pour des copropriétés dans ces villes et que l’offre était assez élevée pour y répondre, ce qui n’a pas créé de fortes pressions à la hausse sur les prix.


Analyse économique


L’annonce, à la fin de mois de septembre, de l’achèvement des négociations de l’Accord États-Unis–Mexique-Canada (AEUMC) devrait dissiper les incertitudes économiques qui planaient sur l’économie canadienne depuis quelque temps. De plus, avec un taux d’inflation relativement élevé (2,8%) en août 2018 au Canada et une économie encore en croissance, il est possible de croire que la Banque du Canada augmentera à nouveau le taux directeur lors de la prochaine rencontre des gouverneurs à la fin du mois d’octobre. La hausse des taux a pour effet de réduire l’accès à la propriété en augmentant le fardeau hypothécaire des nouveaux acheteurs. Cela dit, la vigueur du marché du travail québécois et canadien et l’augmentation attendue du niveau des salaires (qui découlerait de pressions à la hausse provoquées par la pénurie de main-d’œuvre) pourraient aider à faire contrepoids à l’augmentation des taux d’intérêt.


 


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

Sur le même sujet

La marge de sécurité: un concept intemporel

BLOGUE INVITÉ. La «marge de sécurité». Les 3 mots les plus importants dans l'investissement, selon Warren Buffett.

BioÉnergie La Tuque veut transformer des résidus forestiers en diésel

BLOGUE. La Tuque compte devenir le premier endroit au pays producteur de carburant 100% renouvelable, fabriqué à ...

À la une

Nous sommes vulnérables à une nouvelle crise financière

23/03/2019 | François Normand

ANALYSE - «Sommes-nous plus en sécurité qu'en 2008? Oui, mais nous ne le sommes pas assez.» - Christine Lagarde du FMI.

Bourse: les gagnants et perdants de la semaine

22/03/2019 | Martin Jolicoeur

BILAN. Quels sont les titres qui ont le plus marqué l'actualité boursière de la dernière semaine?

Bourse: que penser du nouveau signal de récession?

BLOGUE. Le risque de récession augmente, mais le signal de l'inversion des taux divise encore les financiers.