Des logements de plus en plus grands au Québec

Publié le 02/02/2011 à 06:00, mis à jour le 02/02/2011 à 06:16

Des logements de plus en plus grands au Québec

Publié le 02/02/2011 à 06:00, mis à jour le 02/02/2011 à 06:16

Par Olivier Schmouker

Les Québécois préfèrent les logements neufs. Photo : Bloomberg.

Au Québec, 1 logement sur 3 dispose de sept pièces ou plus. Il y a trente ans de cela, la proportion n’était que de 1 sur 5, selon les données de l’Institut de la statistique du Québec.


Simultanément, on dénombre de moins en moins de logements de taille moyenne, à savoir ceux qui ont 5 ou 6 pièces : par exemple, la part de ceux qui ont 5 pièces est passée entre 1978 et aujourd’hui de 30,2 à 18,6%. Quant aux logements de petite taille (moins de 4 pièces), leur proportion a légèrement augmenté, de 35 à 38%.


Du coup, le nombre moyen de pièces par logement est maintenant de 5,5 pièces au Québec. Il était de 5,2 pièces, à la fin des années 1970.


Plus d’espace


Conséquence logique : chacun a davantage d’espace dans le logement qu’il occupe. On compte en moyenne 0,4 personne par pièce ; il y a trente ans, ce chiffre était de 0,6. La proportion de logements occupés par de 0,6 à 1 personne par pièce a fortement diminué durant cette période, étant passée de 43 à 18%. Et celle des logements occupés par moins de 0,6 personne par pièce a bondi de 54 à 83%. Il faut savoir que lorsque la densité d’occupation moyenne dépasse 1 personne par pièce, on considère que le logement est surpeuplé.


«La diminution du nombre moyen de personnes par pièce est attribuable à l’effet conjugué de la baisse du nombre de personnes par ménage et de la hausse du nombre de pièces par logement», souligne Claudine Lacroix, l’auteure de l’étude.


Engouement pour le neuf


Sans surprise, la grandeur du logement va avec celle du ménage qui l’occupe. Ainsi, 60% des petits logements hébergent une personne seule ; 45% des logements de taille moyenne, par un couple ; et 42% des grands logements, par quatre personnes ou plus.


Par ailleurs, l’accession à la propriété dépend largement de la capacité finan¬cière des ménages, et donc de leurs revenus. Le revenu médian des ménages québécois propriétaires se situe à 69 000 dollars, comparativement à 28 000 dollars pour les locataires.


Enfin, il existe un lien entre l’âge du logement et les revenus du ménage. Le revenu médian des ménages occupant les constructions les plus récentes - érigées depuis 1991 - se situe en effet à 62 000 dollars, en regard de 34 000 dollars pour les ménages demeurant dans les constructions les moins récentes, c’est-à-dire datant d’avant 1945.


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

Sur le même sujet

À la une: spécial 500, la recherche et développement au service de la croissance

Édition du 18 Mai 2019 | Les Affaires

Cette semaine, notre classement des 500 est accompagné d’un dossier sur un des moteurs des entreprises: la R-D.

La Caisse vend le Rockhill pour 268M$

Mis à jour le 10/05/2019 | Martin Jolicoeur

Sa filiale immobilière, Ivanhoe Cambridge, l'avait acheté pour 160M$ il y a huit ans.

OPINION Les projets mixtes ont la cote dans le Grand Montréal
Édition du 11 Mai 2019 | Jean-François Venne
Petites (et grandes) révolutions dans les centres commerciaux
Édition du 11 Mai 2019 | Jean-François Venne
Quatre projets mixtes phares au Québec
Édition du 11 Mai 2019 | Jean-François Venne

À la une

Pourquoi le changement climatique menace les investisseurs

18/05/2019 | François Normand

ANALYSE - La Banque du Canada met en garde les investisseurs contre les actifs échoués ou Stranded Assets.

La résilience de la Bourse surprend encore

BLOGUE. La confiance des consommateurs et le rebond des mises en chantier font espérer que l'économie tient bon.

Pourquoi Donald Trump s'attaque à la Chine

17/05/2019 | François Normand

BALADO - La Chine veut devenir numéro un en termes de qualité dans 10 secteurs clés à la base de l'économie américaine.