Un déficit de 24 G$ pour Ottawa au début de son exercice

Publié le 30/07/2021 à 11:57

Un déficit de 24 G$ pour Ottawa au début de son exercice

Publié le 30/07/2021 à 11:57

Par La Presse Canadienne

(Photo: 123RF)

Le gouvernement fédéral a enregistré un déficit de près de 24 milliards $ pendant les deux premiers mois de son exercice 2021-2022, en forte baisse par rapport à celui de la même période l’an dernier, qui avait vu des dépenses sans précédent à cause du début de la pandémie de COVID-19.

Dans sa Revue financière, le ministère des Finances a indiqué que le déficit budgétaire pour les mois d’avril et mai s’élevait à 23,8 milliards $, en baisse par rapport à celui de 86,8 milliards $ cumulé lors des deux mêmes mois en 2020.

Le ministère a précisé que la baisse des dépenses était attendue, compte tenu de l’amélioration des conditions depuis le printemps dernier. L’économie avait alors connu une baisse historique, ce qui avait incité le Trésor fédéral à débourser une aide d’urgence sans précédent.

Le déficit reflète désormais les difficultés économiques actuelles, y compris l’effet des confinements de la troisième vague de contaminations et la poursuite des dépenses pour les mesures d’aide d’urgence, qui devraient se terminer cet automne.

Les dépenses de programmes, en excluant les pertes actuarielles nettes, s’élevaient à près de 76,9 milliards $ pour avril et mai, soit une baisse d’environ 37 milliards $, ou une baisse de 32,5 %, par rapport aux 113,8 milliards $ de la même période un an plus tôt.

Les revenus ont atteint plus de 59,5 milliards $ en avril et mai, soit une augmentation de 27,1 milliards $, ou 83,6 %, par rapport aux 32,4 milliards $ des deux mêmes mois l’an dernier.

Selon la Revue financière, ce résultat est attribuable en grande partie à la forte baisse des recettes fiscales au début de la pandémie, car la crise avait entraîné la fermeture de de grands pans de l’économie.

Les frais de la dette publique ont augmenté de 300 millions $, ou 9,1 %, pour atteindre 3,9 milliards $, par rapport à ceux de près de 3,6 milliards $ d’avril et mai 2020.

Le ministère des Finances affirme que le changement s’explique par des rajustements plus élevés apportés à la valeur des obligations à rendement réel en fonction de l’inflation de l’indice des prix à la consommation, contrebalancés en partie par la baisse des intérêts sur les bons du Trésor et la baisse des intérêts s’appliquant aux obligations du gouvernement en matière de régimes de retraite et d’autres avantages futurs des employés.

À la une

C'est votre plus grand risque d'affaires, mais vous refusez de le voir (2)

09:00 |

ANALYSE. Un nombre grandissant d'investisseurs et d'entreprises disent que le risque climatique doit être LA priorité.

Faites partie de notre classement des 300 plus grandes PME du Québec

09/09/2021 | Les Affaires

Les Affaires souhaite souligner le travail inspirant de PDG en cette période pleine d'incertitudes.

L'inspection et une garantie légale de qualité bientôt obligatoires?

17/09/2021 | Jean Sasseville

BLOGUE INVITÉ. Il ne sera plus possible de s’improviser inspecteur sans posséder la formation adéquate.