L'Assemblée nationale reconnaît le travail «invisible» des femmes

Publié le 11/03/2020 à 06:54

L'Assemblée nationale reconnaît le travail «invisible» des femmes

Publié le 11/03/2020 à 06:54

Par La Presse Canadienne

(Photo: 123rf)

Les députés ont adopté une motion, mardi, qui leur demandait de reconnaître la contribution à la société québécoise du travail invisible et non rémunéré accompli par les femmes.

La motion, rédigée par le Cercle des femmes parlementaires, a été présentée dans le contexte de la Journée internationale des droits des femmes, célébrée le 8 mars de chaque année.

Cette année, il fallait parler de la charge mentale et du travail invisible des femmes, car le sujet est très rarement abordé dans l'espace public, a expliqué en entrevue la présidente du Cercle, la députée caquiste Chantal Soucy.

Elle a cité l'Institut de la statistique du Québec qui, en 2015, trouvait que les femmes consacraient en moyenne trois heures et 46 minutes par jour aux activités domestiques comparativement à deux heures et 38 minutes chez les hommes.

«C'est environ sept heures de plus par semaine pour les femmes. On parle littéralement d'une journée de travail supplémentaire», s'est-elle exclamée en Chambre au moment de défendre la motion.

La «charge mentale» peut être définie comme le fardeau de la planification, de la gestion et de la répartition des tâches ménagères, tandis que le «travail invisible» serait un travail effectué au quotidien qui n'est pas reconnu à sa juste valeur et qui est souvent tenu pour acquis, par exemple, s'occuper d'un enfant ou d'un parent vieillissant.

«Penser à tout, tout le temps, pour quatre, planifier les repas, l'agenda familial, rendez-vous chez le dentiste, allocution à finir pour le lendemain matin, un cellulaire qui n'arrête pas de sonner, oups, un imprévu, en enfant a besoin d'aide, on planifie, replanifie. Ça, c'est mon train-train quotidien», a relaté Mme Soucy.

«On connaît tous une femme de notre entourage pour qui cette réalité affecte négativement les autres sphères de sa vie et, trop souvent, ça se concrétise par un appauvrissement économique», a-t-elle poursuivi.

Les députées Paule Robitaille (Parti libéral du Québec), Christine Labrie (Québec solidaire) et Méganne Perry Mélançon (Parti québécois) ont également pris la parole.

Mme Robitaille a rendu hommage aux «héroïnes du quotidien». Elle a raconté l'histoire de Sylvie, victime de violence et championne de la logistique et de l'endurance. «Son expérience de travailleuse invisible ne vaut absolument rien sur le marché du travail», a-t-elle déploré.

«Avec cette motion, avec ces témoignages, nous (...) appelons aussi au devoir qui nous incombe tous de soutenir toutes ces femmes dont les sacrifices sont trop souvent passés sous silence», a-t-elle ajouté.

Pour sa part, Mme Labrie a regardé les députés assis autour d'elle et déclaré qu'ils étaient tous «très conscients que les femmes en font plus».

«Moi, je pense à ma mère qui, chaque semaine, vient nous donner un coup de main à la maison pour s'occuper des enfants, même si elle travaille encore à temps plein. Je pense à ma tante qui a pris soin de ma grand-mère jusqu'à la fin.»

Elle a accusé l'État de fermer les yeux sur sa dépendance au travail non rémunéré, accompli principalement par des femmes.

«Que serait notre système de santé si des centaines de milliers de femmes ne prenaient pas sur leurs épaules le fardeau de s'occuper de leurs poches à domicile, souvent au détriment de leur propre santé?» a-t-elle demandé.

S'il était rémunéré au salaire horaire de 15 $, le travail invisible des femmes coûterait 86 milliards $ annuellement à la société québécoise, a souligné de son côté Mme Perry Mélançon.

La motion de mardi demande entre autres au gouvernement de s'engager à valoriser le travail invisible et contrer les stéréotypes qui perpétuent l'iniquité homme-femme.

Selon Mme Soucy, le gouvernement pourrait plus souvent accompagner ses politiques publiques d'une analyse différenciée selon les sexes (ADS) afin de mieux comprendre les impacts potentiels sur les femmes.

Sur le même sujet

Appui aux entrepreneuses

Édition du 20 Janvier 2021 | Camille Foisy

FINANCEMENT D'ENTREPRISES. Plus de 83% des PME détenues par des femmes utilisent des sources de financement...

Une femme dirigera la Bourse de Paris pour la première fois

18/01/2021 | AFP

Delphine d’Amarzit sera aux commandes de l’un des principaux opérateurs de marchés en Europe continentale, Euronext.

À la une

La «cancel culture» n’épargnera pas les entreprises

06/03/2021 | François Normand

ANALYSE — Les entreprises s'exposent à une fronde sociale si elles manquent d'authenticité et font du «Woke-Washing».

Bourse: Wall Street et Toronto terminent en forte hausse

Mis à jour le 05/03/2021 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. Les indicateurs laissent croire que l'économie se rétablira plus vite que prévu.

Titres en action: Recipe Unlimited, Tesco, Dassault Aviation et Honda

Mis à jour le 05/03/2021 | AFP et La Presse Canadienne

Voici une sélection d'annonces qui ont fait (ou vont faire) bouger les cours de ces entreprises.