Contrats publics: deux recommandations-choc du comité Leroux

Publié le 25/09/2017 à 09:08

Contrats publics: deux recommandations-choc du comité Leroux

Publié le 25/09/2017 à 09:08

Par Stéphane Rolland

Photo: Jérôme Lavallée]

Québec devrait créer une «agence spécialisée» pour gérer les travaux d’infrastructure de plus de 100 M$, recommande le Conseil consultatif sur l’économie et l’innovation dans son rapport publié lundi. Le comité formé de 32 membres de la communauté d’affaires suggère aussi au gouvernement Couillard d’abandonner le principe du «plus bas soumissionnaire» pour les achats gouvernementaux.


La création d’une agence responsable de la gestion des projets de plus de 100 M$ permettrait de construire des infrastructures plus rapidement et à moindre coût, croit Monique Leroux, présidente du conseil consultatif. «J’ai un grand respect pour l’ensemble de nos fonctionnaires, mais ce n’est pas le genre de chose qu’on fait à temps partiel [gérer un grand projet], explique l’ex-dirigeante du Mouvement Desjardins en entrevue. Il faut des experts dédiés dont la compétence est essentiellement de réaliser des projets d’infrastructures.»


En ayant des gens concentrés uniquement sur la réalisation des plus importants chantiers publics, le gouvernement réduira le risque de voir de futurs projets déraper, poursuit-elle. C’est d’ailleurs l’objectif que vise le gouvernement Trudeau avec la création de la Banque de l’infrastructure du Canada. «Regardez ce qui est arrivé avec nos grands projets d’infrastructure, commente-t-elle. On a des échéanciers et des budgets qui n’ont pas été respectés, et parfois il y a des surprises. »


Cette proposition évoque le rapport de la Commission Charbonneau qui constatait une perte d’expertise au Ministère du Transport, l’ayant rendu vulnérable à la collusion. En juin, le Bureau du vérificateur général du Québec s’inquiétait que de nombreux contrats soient toujours alloués à des firmes externes et jugeait que le Ministère restait vulnérable à une perte d’expertise. Le comité, pour sa part, ne s’est pas penché sur les effectifs nécessaires au déroulement des activités de l’agence qu’elle veut voir naître. «On n’a pas du tout regardé les effectifs actuels du Ministère, répond-elle. Je ne serai pas en mesure de porter un commentaire là-dessus. »


Le comité recommande également l’abandon du critère du «plus bas soumissionnaire» dans les achats gouvernementaux en faveur de choix «plus stratégiques». Québec aurait intérêt à prioriser l’innovation et la qualité des produits plutôt que de faire du prix le plus bas le critère absolu, plaide Mme Leroux. Cette recommandation ne concernait pas précisément les infrastructures, mais cette réflexion pourrait s’y transposer, précise celle qui préside le conseil d’Investissement Québec et agit à titre de conseillère stratégique pour Fiera.


Contrats publics


D'autres recommandations


Au total, le rapport formule 12 recommandations, qui portent notamment sur la formation, le soutien à l’exportation pour les petites entreprises, l’énergie propre, l’industrie forestière et l’intelligence artificielle.


Parmi les recommandations discutées en entrevue, les membres suggèrent entre autres de développer un système de formation plus court pour permettre aux travailleurs d’obtenir les qualifications recherchées par les entreprises plus rapidement. L’initiative pourrait se faire en collaboration avec les cégeps par de la formation dans les écoles ou en entreprise, explique Mme Leroux. Le rapport suggère aussi que le secteur privé, le gouvernement et les grands entrepreneurs concertent leurs efforts afin d’aider les grandes entreprises à exporter davantage.


Le comité a été créé à l’automne 2016 par le gouvernement Couillard. Le but était d’obtenir des suggestions pour apporter plus de cohérence entre les différents acteurs du développement économique. Le Conseil est formé de 32 personnalités du milieu des affaires, notamment Louis Vachon, PDG de la Banque Nationale, Alain Bouchard, président du conseil et fondateur d’Alimentation Couche-Tard et Sophie Brochu, PDG de Gaz Métro et Marc Dutil, PDG de Groupe Canam, pour ne nommer qu’eux.


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

Sur le même sujet

À la une: spécial 500, la recherche et développement au service de la croissance

Édition du 18 Mai 2019 | Les Affaires

Cette semaine, notre classement des 500 est accompagné d’un dossier sur un des moteurs des entreprises: la R-D.

À la une: les métiers de demain (matin!)

Édition du 11 Mai 2019 | Les Affaires

En manchette cette semaine, les métiers de demain.

OPINION À la une: à la conquête du règne végétal
Édition du 04 Mai 2019 | Les Affaires
À la une: notre spécial transformation numérique
Édition du 20 Avril 2019 | Les Affaires
À la une: réseauter autrement
Édition du 06 Avril 2019 | Les Affaires

À la une

La résilience de la Bourse surprend encore

BLOGUE. La confiance des consommateurs et le rebond des mises en chantier font espérer que l'économie tient bon.

Pourquoi le changement climatique menace les investisseurs

18/05/2019 | François Normand

ANALYSE - La Banque du Canada met en garde les investisseurs contre les actifs échoués ou Stranded Assets.

Pourquoi Donald Trump s'attaque à la Chine

17/05/2019 | François Normand

BALADO - La Chine veut devenir numéro un en termes de qualité dans 10 secteurs clés à la base de l'économie américaine.