Un partenariat pour une borne de recharge 100 % québécoise

Publié le 19/04/2011 à 19:33, mis à jour le 20/04/2011 à 11:00

Un partenariat pour une borne de recharge 100 % québécoise

Publié le 19/04/2011 à 19:33, mis à jour le 20/04/2011 à 11:00

Par Aude Marie Marcoux

Dans la foulée du dévoilement du premier plan d'action québécois en matière de véhicules électriques, Gentec consolide son partenariat avec AddÉnergie en apportant un financement de 100 000 dollars pour produire ce qu’elles présentent comme la première borne de recharge de véhicule électrique au monde adaptée au climat nordique.

Les deux entreprises québécoises mettent leur expertise en commun depuis déjà près d’un an et demi afin de se positionner dans cette industrie en très forte croissance.

«On croit beaucoup au potentiel du produit et on est à même de contempler l’ampleur des marchés auxquels on peut s’adresser avec ce produit», affirme François Giroux, président de Gentec, qui insiste sur la complémentarité des deux entreprises dans le cadre de ce partenariat.

De son côté, Gentec s’occupe de la conception, de l’intégration et de la fabrication du SmartTwo, la première borne issue de ce partenariat, alors qu’AddÉnergie s’occupe de la veille technologique, de la conception globale et de la commercialisation du produit.

Gentec est une entreprise de Québec spécialisée depuis plus de 50 ans dans la conception et la fabrication d’appareillages électriques et électroniques, et se positionne notamment comme fournisseur stratégique pour Hydro-Québec depuis plusieurs dizaines d’années. L’entreprise fabrique entre autres des chargeurs de batteries depuis plus de 30 ans.

«On est en terrain de connaissance! C’était une continuité naturelle de nos activités que de s’en aller vers le secteur de la recharge de voitures électriques. Et la rencontre de Gentec avec AddÉnergie a été le déclencheur de notre implication dans ce milieu», précise le passionné du domaine de l’automobile.

Le président de Gentec s’attend à ce que déjà cette année, des ventes soient conclues auprès de premiers acheteurs désirant faire des essais, des recherches, bref tâter le produit, puis à connaître un décollage des ventes dès l’an prochain. «Nous avons à Québec deux installations pour la fabrication d’appareillages électriques et électroniques, nous sommes donc prêts à faire face à une bonne demande de ce côté, et c’est ce que nous visons!», lance avec enthousiasme le président, qui ajoute que les marchés visés ne se limiteront pas au Québec, bine au contraire, et ce même à court terme.

«Le reste du Canada, le nord des États-Unis, les pays nordiques européens et asiatiques sont des marchés à saisir dès maintenant!», précise François Giroux.

AddÉnergie desservira dans un premier temps les parcs de stationnement publics et privés (établissements hôteliers, immeubles commerciaux, sites industriels, etc.) pour y assurer simultanément la recharge de plusieurs véhicules électriques.

Une borne adaptée au climat nordique

Le SmartTwo est donc conçu pour fonctionner dans les conditions climatiques extrêmes. François Giroux insiste sur cette spécificité du produit, qui n’aurait pas son pareil, selon les résultats de la veille technologique effectuée par AddÉnergie. Le président cite au moins cinq caractéristiques qui démontrent que la borne en question est vraiment adaptée à des conditions climatiques rigoureuses.

D’abord, le câble est boudiné pour qu’il ne traîne pas au sol, dans la gadoue, ou qu’il ne fige dans la glace. «Alors que si vous regardez les autres fournisseurs, c’est un simple fil qui peut facilement traîner par terre», précise M. Giroux.

Ensuite, l’électronique à l’intérieur de la borne est très robuste et conçu pour supporter des froids beaucoup très intenses. «Notre choix de composantes fait que la borne va pouvoir continuer à fonctionner malgré nos hivers rigoureux, ou malgré l’humidité, le froid, la neige», ajoute le président de Gentec.

Troisième point, le boîtier est une extrusion d’aluminium plus épaisse, donc plus solide, qui peut résister par exemple aux coups de pelle, poursuit M. Giroux.

Ensuite, le connecteur, soit l’embout du fil qu’on va brancher sur la voiture, est protégé des intempéries par un couvercle sur le dessus, et donc protégé de la pluie verglaçante, de la neige, de la glace et du frimas.

Finalement, le SmartTwo n’a aucun bouton apparent. Toutes les fonctions sont faites par carte magnétique, et donc sans contact. «Donc il n’y pas de bouton qui peuvent mal fonctionner à cause de la glace ou du froid ou parce que quelqu’un a forcé dessus à –40 degrés», explique M. Giroux.

Signe que la technologie est prometteuse, AddÉnergie a déjà reçu un soutien important du gouvernement du Québec, avant même l’annonce des mesures incitatives pour soutenir le déploiement de la voiture électrique dans les prochaines années.

Rappelons que dans le cadre du Plan d'action 2011-2020 sur les véhicules électriques, le gouvernement du Québec prévoit consacrer 250 millions de dollars au déploiement et à l'utilisation des véhicules électriques et au développement de la filière industrielle au cours des prochaines années.

Et la cible du plan d’action est ambitieuse, mais réaliste selon le président de Gentec, François Giroux: en 2020, 25 % des ventes de nouveaux véhicules légers pour passagers seront des véhicules électriques (hybrides rechargeables et tout électriques), soit 118 000 véhicules, ce qui correspond à 5 % du parc de véhicules légers au Québec.

 

À la une

Comment lutter contre la xénophobie (en politique et au travail)?

Il y a 25 minutes | Olivier Schmouker

CHRONIQUE. C'est qu'il est intolérable de laisser souligner une différence dans le but de créer une souffrance.

Faites comme les frères McDonald: sortez vos craies!

Il y a 25 minutes | Anne Marcotte

BLOGUE INVITÉ. Comment peut-on se distinguer et devenir le chef de file de la meilleure expérience client «COVID-19»?

Repousser les limites

BLOGUE INVITÉ. La pandémie a été un laboratoire d’expérimentation exceptionnel pour plusieurs entreprises.