Sauver la planète: un coût mais aussi une source d'économies

Publié le 21/05/2015 à 12:11, mis à jour le 21/05/2015 à 12:34

Sauver la planète: un coût mais aussi une source d'économies

Publié le 21/05/2015 à 12:11, mis à jour le 21/05/2015 à 12:34

Par AFP

Les entreprises, qui veulent sauver la planète et leurs activités, vont devoir accélérer le rythme des innovations, pour réduire les émissions de CO2, par des investissements souvent coûteux, mais qui s'accompagnent de mesures qui permettent des économies.

À lire aussi: La Maison Blanche annonce un plan pour sauver les abeilles

«Les entreprises se sont aperçues que l'écologie rime avec l'économie», a souligné Jean-Pascal Tricoire, PDG de Schneider Electric, et président de United Nations Global Compact, lors d'une table ronde de la Business and Climate Week, qui réunit des chefs d'entreprises venus de 50 pays, mercredi et jeudi à Paris.

Leur objectif: peser sur les négociations de la grande conférence climat de décembre à Paris, la COP21, et demander aux dirigeants politiques de les soutenir, par des politiques adaptées, dans leurs investissements et développements de solutions propres.

Pourtant, «la recherche et développement dans les énergies vertes est aujourd'hui plus faible que dans les années 1970, après le premier choc pétrolier», notent Pascal Canfin, conseiller du World Ressources Institute (WRI) et ancien ministre, et Peter Staine, négociateur climat, dans leur livre «Climat, 30 questions pour comprendre la conférence de Paris».

«Il y a sans doute certains coûts liés à l'innovation, (...) (mais) si vous ne cherchez pas à innover, vous resterez loin derrière», a expliqué à l'AFP Aron Cramer, PDG du réseau international d'entreprises dédié au développement durable, BSR (Business for Social Responsibility), qui revendique 250 membres.

Pour lui, les innovations vertes ne sont pas différentes des autres: «Les entreprises s'adaptent en permanence à de nouveaux paradigmes. Dans les 30 dernières années, elles ont dû s'adapter à des chaînes d'approvisionnement devenues mondiales, (...) à la révolution digitale, à la révolution mobile.»

«Le climat est juste l'une» de ces "perturbations", ajoute-t-il.

Ainsi, le prix des solutions plus durables, dans le solaire par exemple, ne cesse de diminuer, mais doit encore baisser, pour que ces produits soient plus largement abordables.

Une économie, et pas un coût

Aron Cramer voit néanmoins «énormément d'opportunités pour les entreprises à supprimer le gaspillage. Aux Etats-Unis, dans la majeure partie de l'Europe, environ un tiers de l'eau, de l'énergie et de la nourriture produites et mises en vente sont jetées et ne servent à personne. C'est une très mauvaise idée pour l'économie, mais c'est également une terrible idée pour les consommateurs, ainsi que pour les affaires, c'est juste de l'argent gaspillé».

«Le coût de la réduction des émissions de CO2 n'est pas un coût additionnel, cela fait partie de notre métier», a également expliqué le PDG de Carrefour, Georges Plassat, mercredi lors d'une table ronde.

Le patron du groupe de distribution afait état d'actions mises en place par l'entreprise et visant, par exemple, à réduire les fuites de fluides réfrigérants pour limiter la consommation, ou, dans la logistique, à mettre à jour les règles de préparation des palettes et fréquences de livraison, optimiser le volume de remplissage des camions, etc.

«Ce n'est pas un coût, c'est même une économie. On va vers un abaissement des coûts», avait renchéri Christiana Figueres, secrétaire exécutive de la convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques.

«Il ne faut plus que la responsabilité soit plus chère (pour le consommateur) (...) C'est ça l'objectif véritable», avait-elle ajouté.

Marcelo Strufaldi Castelli, PDG de l'entreprise papetière brésilienne Fibria, souligne que «les consommateurs ne veulent pas payer plus pour des produits verts».

Dans un récent rapport, la commission mondiale sur l'économie et le climat explique que "les gains de productivité sur le long terme et le développement de nouveaux produits sont déterminés par les tendances dans l'innovation. Elle rend également possible la poursuite de la croissance de nos économies dans un monde aux ressources limitées".

À suivre dans cette section


image

DevOps

Mercredi 11 septembre


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Gestion de l’innovation

Mercredi 18 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Gestion de la formation

Jeudi 05 décembre


image

Sommet énergie

Mardi 21 janvier


image

Santé psychologique

Mercredi 22 janvier


image

Contrats publics

Mardi 28 janvier

Sur le même sujet

Êtes-vous vraiment surpris de la baisse des taux?

14/06/2019 | Ian Gascon

BLOGUE INVITÉ. L’évolution des taux d’intérêts ne cesse de confondre les économistes.

Luc Vallée s'en va à l'Institut économique de Montréal

10/06/2019 | François Normand

Luc Vallée était à la Banque Laurentienne depuis 2014, où il dirigeait le groupe de recherche économique de VMBL.

À la une

FaceApp aspire vos données, mais ce n'est pas la seule

Il y a 20 minutes | AFP

Outre le fait que la société est russe, sont en cause les conditions générales d’utilisation.

États-Unis: mises en garde sur la populaire application russe FaceApp

10:49 | AFP

Un sénateur appelle la police à enquêter sur les «risques pour la sécurité nationale et la vie privée».

Les Pêcheries MJM reçoit 1,5M$ de la FTQ

Il y a 56 minutes | Anne-Marie Luca

PME DE LA SEMAINE. Grâce au financement, Les Pêcheries MJM se lance dans la pêche au crabe des neiges.