Comment McCain révolutionne la consommation de frites en Inde

Publié le 02/10/2010 à 00:00, mis à jour le 14/10/2010 à 11:15

Comment McCain révolutionne la consommation de frites en Inde

Publié le 02/10/2010 à 00:00, mis à jour le 14/10/2010 à 11:15

L'Inde a beau être le troisième producteur mondial de pommes de terre et en cultiver 30 millions de tonnes par année, McCain ne peut pas les utiliser. " Elles sont solides à 15 %, elles contiennent beaucoup de sucre et elles sont rondes ", explique K. S. Narayanan, directeur général de McCain Foods India. Le géant canadien de la frite congelée recherche plutôt des tubercules ovales, contenant peu de sucre, et solides à 20-25 %.

Qu'à cela ne tienne. Depuis 1998, McCain fait pousser ses propres pommes de terre en Inde. C'est au Gujarat qu'elle a choisi de s'installer, pour son climat sec et la qualité de ses sols. Pendant dix ans, McCain s'est essentiellement concentrée sur des questions agronomiques. Plusieurs semences de pommes de terre venant de partout dans le monde ont été testées pour déterminer lesquelles sont les meilleures pour le sol gujarati.

La multinationale a aussi expérimenté diverses méthodes de gestion, de récolte et de stockage. En faisant affaire avec des centaines de fermiers, elle a permis à des collectivités locales d'améliorer leurs conditions de vie. " En Inde, les agriculteurs ont de petites parcelles de terre, d'un ou deux hectares, fait valoir M. Narayanan, et les pratiques agraires et d'irrigation que nos fermiers employaient étaient archaïques. "

Un revenu prévisible pour les fermiers

Les boeufs ont été remplacés par des machines, les récoltes sont mécanisées et la consommation d'eau a été réduite de 30 à 50 %. McCain a transmis un savoir-faire aux fermiers : ils s'occupent maintenant de tout, mais disposent d'un soutien professionnel. " Non seulement leur production a augmenté de façon notable, mais ils peuvent faire des prévisions, car McCain achètera leur récolte à un prix fixé à l'avance ", dit M. Narayanan.

Outre la culture de pommes de terre, les défis à relever en Inde sont nombreux. Le coût des matières premières a fortement augmenté au cours des dernières années, tout comme celui de la main-d'oeuvre.

Jusqu'à récemment, la réfrigération était un problème de taille. " La chaîne de froid est déficiente en Inde, regrette M. Narayanan. La situation s'est améliorée en dix ans, mais il y a encore beaucoup à faire. "

" Il y a dix ans, seuls les petits pois étaient disponibles au rayon des produits surgelés ", dit Ritu Mukhergi, directrice du marketing de McCain Foods India. Avec l'avènement du commerce de détail organisé, la donne a changé depuis cinq ans.

Un marché long à conquérir

En 2007, l'entreprise du Nouveau-Brunswick a investi 25 millions de dollars américains dans la construction d'une usine au Gujarat. On y produit des frites, mais aussi toute une gamme de produits surgelés. Ceux-ci sont adaptés aux goûts indiens - avec beaucoup d'épices, d'ail et de piment fort - par le centre de R-D de l'entreprise.

McCain Foods India distribue auprès de détaillants et de clients institutionnels, et exporte vers l'Asie du Sud et du Sud-Est ainsi qu'au Moyen-Orient. Delhi et Mumbai sont ses principaux marchés, mais les classes moyennes et supérieures des soixante plus grandes villes indiennes sont visées. L'urbanisation, une population jeune et dense, et la présence de réfrigérateurs dans 60 à 70 % des foyers des classes moyennes et supérieures sont de bon augure pour McCain. " La conquête du marché indien est un processus lent et long, reconnaît M. Narayanan, mais le futur s'annonce brillant. "

À la une

Reprendre le flambeau d'une entreprise sans se brûler

Il y a 49 minutes | Catherine Charron

BALADO. Voici comment un repreneur peut insuffler ses idées plus ambitieuses aux autres actionnaires

Meilleure année en plus de 30 ans pour les mises en chantier

Il y a 2 minutes | Charles Poulin

Il s'agit du plus fort total de mises en chantier depuis 1987, selon l'APCHQ et la SCHL.

Bourse: vif repli à Wall Street quand les rendements obligataires flambent

Mis à jour il y a 27 minutes | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto clôture sur un recul de plus de 200 points.