Canada: la cadence des mises en chantier a ralenti en septembre, dit la SCHL

Publié le 18/10/2021 à 11:25

Canada: la cadence des mises en chantier a ralenti en septembre, dit la SCHL

Publié le 18/10/2021 à 11:25

Par La Presse Canadienne

La SCHL a estimé que le nombre annualisé et désaisonnalisé des mises en chantier en milieu rural s’était établi à 28 096 unités en septembre. (Photo: La Presse Canadienne)

La cadence annuelle des mises en chantier a ralenti en septembre par rapport à août, a indiqué lundi la Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL).

L’agence nationale du logement a précisé que le taux annualisé et désaisonnalisé de mises en chantier le mois dernier avait atteint 251 151 unités, en baisse de 4,4% par rapport à celui de 262 754 enregistrés en août. 

Le rythme annuel des mises en chantier dans les centres urbains a chuté de 4,5% en septembre pour s’établir à 223 055 unités. 

Le taux annuel de mises en chantier dans les centres urbains, d’appartements, de copropriétés et d’autres types d’ensembles d’habitations à logements multiples a diminué de 4% pour s’établir à 165 861, tandis que le taux de mises en chantier de maisons individuelles en milieu urbain a diminué de 5,9% pour s’établir à 57 194 unités. 

La SCHL a estimé que le nombre annualisé et désaisonnalisé des mises en chantier en milieu rural s’était établi à 28 096 unités en septembre. 

La moyenne mobile sur six mois du taux mensuel annualisé et désaisonnalisé des mises en chantier était de 271 068 en septembre, par rapport à celui de 284 757 du mois d’août.

À la une

Omicron plonge les Fêtes et les Canadiens dans l'incertitude

Mis à jour il y a 24 minutes | La Presse Canadienne

Les plans de nombreux Canadiens en vue du temps des Fêtes sont plongés dans l’incertitude.

5. Calendrier de l'avent des affaires: le métavers

CALENDRIER DE L'AVENT DES AFFAIRES. Univers parallèle dans lequel rêvent de se réfugier les habitants des pays riches...

Nationaliser l’hydrogène vert serait une mauvaise idée

04/12/2021 | François Normand

ANALYSE. L'industrie n'a pas de problème, et on se priverait de capitaux privés, en plus d'assumer tous les risques.