Travail forcé: Ikea dans l'eau chaude en Allemagne

Publié le 16/11/2012 à 07:45, mis à jour le 16/11/2012 à 11:54

Travail forcé: Ikea dans l'eau chaude en Allemagne

Publié le 16/11/2012 à 07:45, mis à jour le 16/11/2012 à 11:54

Par AFP

Photo:Bloomberg

Avant même sa présentation vendredi à Berlin, un rapport commandé par le géant suédois du meuble Ikea sur son utilisation supposée de travailleurs forcés dans les années 1970 et 1980 en Allemagne de l'Est a déjà soulevé de vives critiques en Allemagne.

L'Association d'aide aux victimes de la RDA reproche ainsi à Ikea de vouloir faire « une mise en scène non scientifique » et déplore que le groupe ait confié les recherches au cabinet de conseil Ernst & Young, « probablement moyennant finance », et non à des historiens indépendants, selon un communiqué.

« Il aurait été plus simple de nous solliciter, parce que nous sommes compétents sur ce sujet », a aussi regretté Klaus Schröder, le directeur d'un centre de recherche sur le régime communiste de la RDA au sein de l'Université Libre de Berlin, dans un communiqué séparé.

Selon des médias allemands, ce rapport confirmerait que des prisonniers politiques d'Allemagne de l'Est ont été employés dans la finition de produits pour Ikea. Cependant, il n'a pas été prouvé que l'entreprise était au courant de tous les cas.

Toujours selon la presse allemande, d'autres groupes ont eu recours à de la main-d'oeuvre forcée en Allemagne de l'Est, notamment les entreprises ouest-allemandes de vente par correspondance Neckermann et Quelle.

Au moins les efforts d'Ikea sont « un début », a défendu Rainer Wagner, le président de l'Union des organisations allemandes de victimes de la tyrannie communiste (UOKG), invitant les autres entreprises concernées à faire de même, dans un entretien au Berliner Zeitung vendredi.

L'UOKG et les diverses associations de victimes de la RDA réclament la création d'un fonds d'indemnisation pour les anciens travailleurs forcés.


image

DevOps

Mercredi 09 décembre


image

Sommet Énergie

Mardi 26 janvier


image

Sommet en finance

Jeudi 11 février


image

Contrats publics

Mardi 09 mars

À la une

À surveiller: Empire, Air Canada et Ballard

08:09 | Catherine Charron et Stéphane Rolland

Que faire avec les titres d’Empire, Air Canada et Ballard? Voici quelques recommandations d’analystes.

Element AI vendue à la société américaine ServiceNow

Mis à jour il y a 37 minutes | Denis Lalonde

Element AI est vendue à la société américaine ServiceNow pour un montant qui n'a pas été dévoilé.

Jean-François Gagné: les succès de nos clients doivent passer «de l'anecdotique à quelque chose de systématique»

Édition du 11 Mars 2020 | Denis Lalonde

Q&R. Entreprise phare du savoir québécois en intelligence artificielle (IA) pour les uns. Aspirateur de personnel...