Importante chute des exportations québécoises

Publié le 21/10/2009 à 14:42

Importante chute des exportations québécoises

Publié le 21/10/2009 à 14:42

Par Martin Jolicoeur

Les principales diminutions concernent l’exportation de pièces d’avions. Photo : Bloomberg

Les exportations de biens du Québec ont connu une forte chute en août, par rapport au mois précédent, la pire performance de ce mois en 19 ans.


PLUS : Les exportateurs en arrachent toujours


En effet, les exportations internationales de marchandises du Québec (désaisonnalisées et en dollars constants, aux prix de 2002) ont diminué de 21,3 % en août par rapport au mois de juillet 2009. C’est ce qu’indique le plus récent rapport de l’Institut de la statistique du Québec sur le commerce international de marchandises en base douanière.


Il s'agit de la pire baisse jamais enregistrée depuis août 1990, année où la province du Québec faisait son entrée dans la récession, a précisé Pierre Lachance, économiste à l'ISQ, en entrevue avec LesAffaires.com. 


De même manière, le volume cumulatif des exportations, après huit mois en 2009, a également connu une baisse. Il est inférieur de 14,8% à son niveau de 2008. 


L'aéronautique et le papier journal écopent


Les principales diminutions concernent l’exportation d’avions entiers, les moteurs d’avion et leurs pièces. Une situation qui frappe de plein fouet l’industrie aéronautique québécoise, de laquelle dépendent directement plus de 40 000 travailleurs au Québec.


Le secteur du papier journal est également parmi les plus frappé, tant pour les exportations vers l’Etats-Unis que vers l’Europe. Ce secteur en difficulté  a connu une chute de 10,1% des exportations en août et de 28,7% depuis le début de l'année 2009.


Les machines et le matériel de bureau, les instruments de mesure, de médecine et d’optique, le minerai et les concentrés de fer, de même que les autres matériel et outils, sont les quatre autres secteurs ayant connu les reculs les plus importants.


Les exportations vers l’Asie et l’Europe sont celles qui ont le plus écopées au cours du mois d’août dernier. Les exportations vers l’Asie ont diminué de 38,4% en août et celles vers l’Europe ont chuté de 34,7%. Les exportations vers les États-Unis, non désaisonnalisées et en dollars courants, ont diminué pour leur part de 9,3 %.


Diminution des importations


Les importations internationales de marchandises du Québec (désaisonnalisées et en dollars constants) ont aussi reculé, bien que de manière moins importante que les exportations. Leur recul a été de 7,0 % en août 2009 par rapport au mois précédent. Le volume cumulatif des importations, après huit mois en 2009, est toutefois inférieur de 19,5 % à son niveau des mêmes mois de 2008.


Les secteurs de l'automobile et du pétrole brut ont été les plus touchés. «On suppose que les ménages ont reporté le moment de l'achat de leurs voiture», affirme M. Lachance.


Les importations en provenance des Etats-Unis ont enregistré une faible hausse de 0,4 % en août 2009 que celles en provenance d’Europe et de l’Asie ont diminué respectivement de 9,2 % et de 13,9%. Cela dit, on s'attend à ce que la hausse de la valeur du huard par rapport à la devise américaine parvienne à ralentir, si ce n'est inverser cette tendance baissière des importations.


Seulement huit des 25 principaux groupes de produits importés par le Québec connaissent une hausse en août. La hausse est notable pour quatre d’entre eux, soit les camions, les tracteurs routiers et leurs châssis, les pièces d’avion, les autres boissons, de même que les produits chimiques inorganiques.


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

À la une

Est-ce la tâche du gouvernement de sauver nos sièges sociaux?

BLOGUE INVITÉ. Le gouvernement doit tout faire pour éviter que certaines entreprises dites stratégiques soient vendues.

Que faut-il savoir sur Huawei?

Les consommateurs apprécient ses appareils, mais les États s'inquiètent de la proximité entre l'entreprise et Pékin.

À surveiller : Loblaw, BRP et Blackberry

Que faire avec les titres de Loblaw, BRP et Blackberry? Voici quelques recommandations d’analystes.