Des cigarettiers haussent leurs cibles de profit

Publié le 22/07/2010 à 15:12

Des cigarettiers haussent leurs cibles de profit

Publié le 22/07/2010 à 15:12

Photo: Bloomberg.

Malgré la mauvaise presse dont ils sont l’objet, des cigarettiers font bonne figure dans la période de reprise économique actuelle. Ainsi, deux importants fabricants de tabac viennent de hausser leurs prévisions de profit pour l’année en cours.

Il s’agit de Philip Morris International et de Reynolds American.

Dans le cas de Philip Morris International, qui produit les marques Marlboro et L&M dans 160 pays à l’extérieur des États-Unis, les profits se sont déjà accrus au deuxième trimestre en raison de ventes plus élevées. C’est une série d’acquisitions en Asie qui expliquent cette performance enviable.

Toujours en Asie, les revenus de PMI ont crû de 35%. Une croissance dans les deux chiffres du volume de vente en Afrique a aussi permis d’annuler une baisse des ventes en Turquie.

PMI prévoit maintenant un profit par action entre 3,75$ et 3,80$ pour l’exercice en cours. Le groupe a rapporté un profit de 1,98 G$ au deuxième trimestre, comparativement à 1,55 G$ un an plus tôt.

PMI, qui a un programme de rachat d’actions de 12 milliards, a dépensé un milliard au cours du deuxième trimestre pour racheter 21,7 millions de ses actions.

Reynolds American, qui commercialise les marques Camel et Pall Mall notamment, a haussé sa fourchette de profit pour l’exercice en cours en la faisant passer de 4,80$ à 5$ par action à 4,90$ à 5,05$ par action.

Malgré une baisse des profits et des ventes au deuxième trimestre, le groupe prévoit profiter de la croissance pour des produits du tabac qui ne se fument pas, comme le tabac à chiquer, et d’une restructuration de ses activités, pour hausser ses résultats d’ici la fin de l’année.

Les marges bénéficiaires de l’entreprise se sont accrues et sont passées de 46,6% à 47,3% au cours du dernier trimestre.

Avec le Wall Street Journal.

À la une

«On réinvestit dans la croissance pour capter les occasions qui se multiplient», Patrick Decostre, PDG de Boralex

Patrick Decostre, PDG de Boralex, a répondu à nos questions sur ses nouvelles orientations stratégiques et financières.

Boralex veut doubler sa puissance d'ici 2025, et encore d'ici 2030

Cette croissance se fera d’abord par la multiplication de son empreinte dans le solaire et aux États-Unis.

Boralex se lance dans le partage de terrains pour le solaire

14/06/2021 | François Normand

Comme les terrains sont rares, le producteur d'énergie verte se lance dans l’agrivoltaïsme avec la française Sun’Agri.