Réunion de crise sous la houlette de Sarkozy

Publié le 29/09/2008 à 00:00

Réunion de crise sous la houlette de Sarkozy

Publié le 29/09/2008 à 00:00

Par La Presse Canadienne

Cette réunion de travail aura lieu en présence du Premier ministre François Fillon et la ministre de l'Economie Christine Lagarde, précise la présidence. "Je crois que le président de la République aura à coeur de rappeler aux banques leurs obligations primaires, c'est à dire leurs obligations de financer l'économie, d'irriguer les circuits économiques, en particullier les petites et moyennes entreprises avec du crédit", a expliqué Mme Lagarde en marge d'un déplacement à Saint-Denis.

"Personne ne sait véritablement ce qui va se passer" ni quelles seront les répercussions en France de la crise financière mondiale, avait prévenu dimanche le secrétaire général de l'Elysée Claude Guéant. Il avait toutefois réaffirmé sur France-Inter et i>télé que "les banques françaises sont en situation de risque moins grand" que leurs homologues étrangères, et en particulier américaines. "Si une banque française était en difficulté, les pouvoirs publics feraient le nécessaire pour que les personnes qui déposent leurs fonds (...) n'aient aucun souci à se faire", avait-il promis.

«La situation appelle des réactions rapides», selon Sarkozy

Face à "la crise financière (qui) met le secteur financier à l'épreuve y compris en Europe", "la situation appelle des réactions rapides", a lancé lundi le président Nicolas Sarkozy, jugeant que "chacun doit faire preuve de sang-froid et de sens des responsabilités".

En marge du sommet UE-Inde à Marseille, M. Sarkozy dit avoir "noté avec satisfaction" l'accord de principe Maison Blanche-Congrès pour le sauvetage du secteur financier américain. "Par ailleurs, au Royaume-Uni, en Belgique, au Luxembourg, aux Pays-Bas, en Allemagne, qu'ont fait les gouvernements? Ils sont intervenus pour assurer la sécurité et la stabilité des marchés financiers de leur pays et donc de l'Europe", a-t-il souligné.

Pour lui, "nous ne devons pas céder devant la déstabilisation, il faut soutenir nos banques. Mais au-delà du problème conjoncturel, qui appelle du changement et de la détermination, il y a un problème structurel", a ajouté Nicolas Sarkozy.

Ainsi, le président français a confirmé son appel à "un sommet dans les semaines qui viennent pour fonder les bases d'un nouveau système financier international". "La réunion à laquelle j'inviterai les quatre pays européens membres du G8, le président de la zone euro, le président de la Banque centrale européenne, c'est pour préparer tout ça", a-t-il poursuivi.

Evoquant l'ordre du jour du conseil européen du 15 octobre à Bruxelles, il a souligné que lui et le président de la Commission européenne José Manuel Barroso avaient "décidé ce week-end que, naturellement, nous évoquerons la situation financière et que nous ferons de propositions en la matière".

À la une

10 choses à savoir jeudi

Il y a 26 minutes | Philippe Lemelin

Appel à la création d’une agence contre les cyberattaques, les mariages reprennent et des chats mis à contribution.

Le solaire photovoltaïque aussi concurrentiel qu’Hydro-Québec d’ici 2030

Il y a 16 minutes | François Normand

Le centre Nergica publie ce jeudi une étude sur le potentiel de l'énergie solaire photovoltaïque au Québec.

Abolition de poste: encaisser le coup pour mieux rebondir

Il y a 26 minutes | Élise Boutin Michaud

BLOGUE INVITÉ. Entrevue avec Patrice Lavoie, directeur des affaires publiques de Loto-Québec, dont le poste a été aboli.