MAX 8: le système anti-décrochage MCAS de l'appareil était activé

Publié le 29/03/2019 à 10:41

MAX 8: le système anti-décrochage MCAS de l'appareil était activé

Publié le 29/03/2019 à 10:41

Par AFP
Le logo de Boeing

(Photo: Getty Images)

Le système anti-décrochage MCAS, mis en cause dans l’écrasement du 737 MAX 8 de Lion Air, était également activé dans l’appareil d’Ethiopian Airlines peu avant que celui-ci ne pique du nez et s’écrase le 10 mars, a indiqué vendredi à l’AFP une source proche du dossier.


Cette information fait partie des conclusions préliminaires tirées de l’analyse des boîtes noires du vol 302 d’Ethiopian Airlines, qui a fait 157 morts au sud-est d’Addis Abeba, a ajouté cette source sous couvert d’anonymat. 


Elle a ajouté que l’information avait été présentée jeudi aux autorités américaines, dont l’agence fédérale de l’aviation (FAA), qui analysent les données transmises par l’Éthiopie.


Il n’est pas exclu que les régulateurs américains revoient leurs conclusions, a toutefois averti la source, confirmant des informations du Wall Street Journal.


Contactés par l’AFP, ni la FAA ni Boeing n’ont souhaité commenter.


Les autorités éthiopiennes ont promis de leur côté de présenter le rapport préliminaire sur l’accident d’ici la mi-avril mais elles ont déjà dit qu’il y avait des «similarités claires» entre l’écrasement du vol 302 d’Ethiopian Airlines et celui du vol 610 de Lion Air le 29 octobre (189 morts).


Dans les deux cas, les régulateurs et les experts aéronautiques estiment que le logiciel anti-décrochage MCAS (Maneuvering Characteristics Augmentation System) a joué un rôle. Il a été installé sur les 737 MAX pour compenser les problèmes aérodynamiques posés par le changement d’emplacement et le poids des deux moteurs de l’appareil.


La famille d’un citoyen rwandais, Jackson Musoni, décédé dans l’accident d’Ethiopian Airlines, a déposé plainte jeudi devant un tribunal de Chicago, ville où est basé Boeing.


Elle accuse le constructeur aéronautique d’avoir conçu un système défectueux.


Boeing s’est défendu mercredi tout en présentant des modifications du MCAS afin de regagner la confiance du grand public et de convaincre les autorités de lever l’interdiction de vol frappant la flotte des 737 MAX à travers le monde depuis mi-mars.


L’intervention du MCAS sera plus transparente pour l’équipage, et les pilotes pourront plus facilement le contourner en cas de problème, a plaidé l’avionneur.


Le but est de « réduire la charge de travail de l’équipage dans des situations anormales et d’empêcher le MCAS de s’activer à cause de fausses données », a précisé Boeing, qui a aussi prévu de mieux former les pilotes aux subtilités du MCAS et du 737 MAX.


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

Sur le même sujet

Un chercheur canadien a mis au point un revêtement pour un dégivrage facile

«Le liquide antigel nécessaire pour retirer la glace d'une aile d'avion est extrêmement néfaste pour l'environnement.»

L'immobilisation du 737 MAX coûtera 1G$, dit Boeing

24/04/2019 | AFP

Cette somme couvre une hausse anticipée des coûts de production du 737 MAX et notamment des modifications en cours.

À la une

Immobilier: l'activité et les prix grimpent de 3% en avril

21/05/2019 | Les Affaires - JLR

Bulletin JLR-LesAffaires. Le marché du condo continue d’avoir le vent dans les voiles, à l'exception de Laval et Québec.

Le FMI juge que le Canada ne devrait pas assouplir ses règles hypothécaires

«Cela serait malvenu, car la dette des ménages reste élevée», explique-t-il dans un rapport.

Le marché de la propriété de luxe en croissance au Québec

21/05/2019 | Joanie Fontaine

BLOGUE INVITÉ. Dans la région de Mtl, 3% des unifamiliales vendues en 2018 ont été acquises au coût de 980 000$ ou plus.