Quatre pharmaciennes devenues entrepreneures grâce au FRED

Publié le 27/03/2010 à 00:00, mis à jour le 13/02/2011 à 22:08

Quatre pharmaciennes devenues entrepreneures grâce au FRED

Publié le 27/03/2010 à 00:00, mis à jour le 13/02/2011 à 22:08

Par Claudine Hébert

Annie Veilleux, Claudia Lachance, Caroline Gagné et Véronique Grenier. Photo: Stéphane Lemire

Malgré l'omniprésence d'une forte fibre entrepreneuriale, le royaume de la PME n'échappe pas aux défis que pose la relève, dossier trop souvent relégué aux oubliettes par les propriétaires. La région de Thetford en a fait une priorité, grâce à FRED.

FRED ? C'est l'abréviation du Fonds de relève entrepreneuriale Desjardins. En collaboration avec la Société de développement économique (SDE) de Thetford, ce fonds a été mis en place afin d'assurer la pérennité des entreprises de la région.

" Plus de 70 % de nos propriétaires ont fait savoir qu'ils prévoyaient se retirer ou transférer le contrôle d'ici 10 ans ", rapporte France Vachon, conseillère aux entreprises, de la SDE région de Thetford.

La relève prend sa place

Quatre jeunes femmes de Thetford Mines, toutes âgées de moins de 35 ans, peuvent témoigner de la pertinence de cette aide financière. Caroline Gagné, Annie Veilleux Véronique Grenier et Claudia Lachance, quatre pharmaciennes, ont acheté trois succursales Jean Coutu de leurs anciens employeurs, en février 2008. Les trois commerces employaient au total 115 personnes.

" Nous n'avions pas beaucoup d'expérience en gestion ", avoue Caroline Gagné, 29 ans, la plus jeune du quatuor.

Leur philosophie et les valeurs des quatre femmes, leur dévouement pour la communauté, leur expérience à titre d'employées (de 5 à 10 ans chacune) et la répartition des responsabilités selon leurs intérêts (marketing, produits et commandes, administration et ressources humaines) ont convaincu la chaîne qu'elles étaient dignes de confiance.

Un coup de pouce financier apprécié

Pour être admissibles au fonds, les jeunes femmes devaient, entre autres conditions, être en mesure d'acheter 25 % du capital d'actions votantes. L'aide obtenue grâce au fonds a donné un coup de pouce aux quatre entrepreneures dans la réalisation de leur projet. Il s'agit par ailleurs de la plus importante transaction de relève à laquelle ait contribué FRED en trois ans, indique Mme Vachon.

Depuis le lancement de FRED en 2006, 48 projets de relève d'entreprise ont bénéficié de subventions allant de 2 500 $ à 10 500 $ chacun. " Il s'agit d'un apport total de 270 544 $. Ces subventions ont permis de réaliser des investissements de 26,9 millions de dollars et de générer ou de conserver plus de 300 emplois dans la région ", dit Mme Vachon.

En fait, le fonds est si populaire que son enveloppe initiale de 300 000 $ a dû être renflouée. À la fin de l'année dernière, un montant de 100 000 $ a été ajouté.

 

dossiers@transcontinental.ca

À suivre dans cette section

Trois jeunes ingénieurs aux commandes
Mis à jour le 04/07/2013

image

DevOps

Mercredi 11 septembre


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Gestion de l’innovation

Mercredi 18 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Gestion de la formation

Jeudi 05 décembre


image

Sommet énergie

Mardi 21 janvier


image

Santé psychologique

Mercredi 22 janvier


image

Contrats publics

Mardi 28 janvier

Sur le même sujet

À la une

Le G7 Finances fait un pas vers la taxation des géants du numérique

18/07/2019 | AFP

Le G7 s’est aussi entendu sur « pour instaurer une taxation minimale à l’impôt sur les sociétés ».

FaceApp aspire vos données, mais ce n'est pas la seule

18/07/2019 | AFP

Outre le fait que la société est russe, sont en cause les conditions générales d’utilisation.

États-Unis: mises en garde sur la populaire application russe FaceApp

18/07/2019 | AFP

Un sénateur appelle la police à enquêter sur les «risques pour la sécurité nationale et la vie privée».