Coopérer pour mieux exporter

Publié le 04/04/2009 à 00:00

Coopérer pour mieux exporter

Publié le 04/04/2009 à 00:00

Par Marc Gosselin

Pour accroître leurs exportations vers de nouveaux marchés, notamment en Russie, six entreprises manufacturières agricoles du Centre-du-Québec, de l'Estrie et de la Montérégie ont mis sur pied un réseau de coopération qui les représentera à l'extérieur du pays, notamment dans les foires agricoles.

Machinerie Anderson, un fabricant de machinerie agricole de Chesterville, et Fabrication S. Houle, également fabricant de machinerie agricole, de Saint-Germain-de-Grantham, sont à l'origine du projet.

"Chacun de notre côté, nous participions à des foires agricoles depuis plusieurs années. Participer seul à ces événements entraînait des frais importants : les inscriptions, le transport par conteneur de la machinerie, les billets d'avion, etc. En juillet 2008, j'ai convaincu mon collègue de Fabrication S. Houle de travailler ensemble, surtout que nous voulions nous attaquer au marché européen", raconte Dany Poisson, président de Machinerie Anderson, qui emploie 100 personnes à Chesterville, à proximité de Victoriaville.

Un exemple de collaboration

Les deux PME ont travaillé de près avec le Carrefour Québec International (CQI) pour mettre sur pied un réseau de coopération auquel se sont ajoutées quatre autres entreprises, toutes du secteur manufacturier agricole. Il s'agit de Ventilation Secco, de Saint-Pie, en Montérégie, d'Industrie Aularie, de Saint-Barnabé-Sud, d'Animat, de Sherbrooke, et de Valmétal, située à Saint-Germain-de-Grantham.

Première réussite de ce partenariat : CQI a accompagné ces entreprises au Golden Automn Show, une exposition agricole qui se tenait en octobre en Russie. Selon Catherine Gervais, directrice générale de CQI et commissaire à l'exportation, le marché russe recèle de belles occasions d'affaires pour les entreprises manufacturières agricoles.

"Les besoins en nouvelles machines sont supérieurs à trois milliards de dollars américains par année, là-bas. Les entreprises russes ne suffisent pas à répondre à toute la demande. Il y a donc un marché intéressant pour nos entreprises. Au Golden Autumn Show, la délégation a vendu les produits des six entreprises du réseau de coopération", relate Mme Gervais.

En plus d'aider les entreprises à l'étranger, CQI tient des rencontres mensuelles avec les six PME. L'organisme propose des conférences mensuelles. En mars, un conférencier est venu parler du Brésil, des occasions d'affaires dans le secteur agricole.

C'est la première fois que Catherine Gervais voit ce genre d'initiative de coopération en commerce international naître des entreprises elles-mêmes. "Normalement, il n'est pas facile d'établir de tels réseaux. Mais lorsqu'ils proviennent de la base, c'est magique."

Réduire les coûts

"Nous exportons déjà beaucoup aux États-Unis, en Amérique du Sud et en France. Avec la crise économique, nous devons diversifier nos exportations, notamment en Europe de l'Est et en Russie", commente M. Poisson.

Le président de Machinerie Anderson estime que l'initiative du réseau de coopération permet de diminuer les coûts pour chacune des entreprises participantes. "Exporter exige des investissements importants. Nous ne verrons pas les retombées immédiatement, mais nous devons continuer d'assurer une présence de nos six entreprises à l'étranger. Cela se traduira un jour ou l'autre par des contrats de fabrication", dit M. Poisson. Il a hâte de participer au Mondial de l'agroéquipement, qui se tiendra en octobre à Hanovre, en Allemagne.

À la une

La capacité hospitalière «inadéquate» du Québec pourrait nuire à la croissance

La Nationale craint que le système de santé du Québec mine l’économie quand la COVID-19 sera sous forme endémique.

Entreprises et consommateurs prévoient une forte inflation, selon la banque centrale

L’inflation est le problème économique le plus important pour les consommateurs.

Oui, les cryptos offrent des avantages aux entreprises les adoptant, mais…

LES CLÉS DE LA CRYPTO. L’angoisse de rater un événement important «Fear Of Missing Out» a rongé les institutions.